Le nouvel éclat de la joaillerie française


Article publié le : 16/07/2019

2018 a été une très bonne année pour la production française de joaillerie, mais également d’horlogerie et de bijouterie, avec une croissance de 12% par rapport à l’année précédente. Francéclat (Comité Professionnel de Développement de l’Horlogerie, de la Bijouterie, de la Joaillerie, de l’Orfèvrerie et des Arts de la Table) nous révèle un bilan annuel de 2,4 milliards d’euros de chiffre d’affaire.

La Place Vendôme demeure encore et toujours le moteur principal de la production française de bijouterie-joaillerie, avec un chiffre d’affaire d’1,8 milliard d’euros en 2019. La cote grimpante du luxe à la française booste en effet la production au sein des maisons de la célèbre place, qui embauchent et s’agrandissent de plus en plus. La crise de 2008 avait heurté de plein fouet le secteur, mais les fabricants français ont su faire face et combattre la concurrence asiatique en se dirigeant vers le haut de gamme. Ainsi, les marques de luxe scintillent comme le principal facteur de développement de toute la chaîne du bijou précieux et non précieux made in France.

Seul bémol conjoncturel : le mouvement social des « gilets jaunes », à l’origine du basculement des chiffres dans le négatif, avec une perte estimée à 160 millions d’euros sur la seule période novembre-décembre.

Reprendre une bijouterie ? 

On recense aujourd’hui 6 500 bijouteries en France. C’est un marché avec beaucoup de reprises, car beaucoup de cessions, et de nombreux bijoutiers partant à la retraite. Les boutiques peuvent être reprises par des succursalistes ou par des indépendants ayant déjà plusieurs magasins. La ville moyenne est l’endroit rêvé pour reprendre une bijouterie. Ses détenteurs seront davantage à l’abri de la concurrence qui anime les grandes villes.

Exercer cette profession nécessite d’être un bon gestionnaire, dynamique et sensible aux dernières tendances. Il est devenu indispensable de se positionner sur la toile, et, surtout, d’avoir le sens du service.

Pour davantage de détails, voir l’article « Comment reprendre une bijouterie, valorisation »

Victoire Neyraud


Autres actualités