Les effets de la crise des « gilets jaunes » sur le commerce de proximité


Article publié le : 02/08/2019

En janvier 2019, la Fédération du commerce spécialisé (Procos) avait dressé le lugubre bilan de l’activité des petits commerçants français. Le panel 2018 a révélé une baisse du chiffre d’affaire de l’ordre de 2,5% pour les mois de novembre et décembre. De funestes résultats qui ont été largement associés au blocage hebdomadaire des centres-villes par ces fameux « gilets jaunes ». Les commerçants devaient alors fermer boutique le samedi, journée phare de leur activité. Pour les mêmes raisons, peu nombreux furent les clients qui osèrent s’aventurer dans les rues pendant ces périodes.

Les résultats du premier semestre 2019, récemment divulgués par Procos, permettent cependant de relativiser la situation. L’activité du secteur a crû de 0,3 % au mois de juin, et de 0,5 % sur l’ensemble du semestre. Parmi les secteurs les plus dynamique avec une hausse de près de 5% au mois de juin : la beauté santé, le sport et la restauration. Les secteurs de l’habillement et de l’alimentation spécialisée demeurent cependant à la traîne, avec un recul de 3,7 % en juin pour l’épicerie fine, le chocolat et les spiritueux.

La crise sociale traversée par la France à l’hiver 2018 aura cependant un impact négatif durable sur le commerce spécialisé. La mission parlementaire « Impact ‘gilets jaunes’ », lancée en mai dernier, désigne les commerces comme les premières victimes des manifestations. 16 parlementaires avaient enquêté sur les conséquences économiques du mouvement. La baisse d’activité en centre-ville les samedis s’est reportée les lundis et vendredi, ainsi que dans les commerces de périphérie. Ces transferts n’ont malheureusement pas permis d’endiguer la totalité des pertes. Si le mouvement des « gilets jaunes » a largement faibli ces dernières semaines, la consommation n’en est pas pour autant revenue à son niveau initial.

Victoire Neyraud


Autres actualités