Le marché du meuble en pleine transition


Article publié le : 26/04/2019

Depuis le début de l’année, les professionnels de l’ameublement français se prennent à rêver d’une reprise tangible de leur activité après un dernier exercice compliqué marqué par un décrochage du marché du meuble. En progression constante depuis 2016, le chiffre d’affaires du marché du meuble a reculé de 2,7 % en 2018 pour se stabiliser à 9,5 milliards d’euros. En conséquence, ce secteur a perdu plus de 250 millions d’euros sur cette période, ce qui le ramène à une valeur inférieure à celle enregistrée en 2016. Selon les chiffres communiqués par la FNAEM (Fédération française du Négoce, de l’Ameublement et de l’Équipement de la Maison), le marché du meuble est en train de renouer avec la croissance en 2019 (+1,8 % sur les deux premiers mois de l’année). Néanmoins, la prudence reste de mise tant les performances sont très disparates d’une enseigne à l’autre et selon les segments commercialisés.

La cuisine : la locomotive infaillible du marché du meuble

Plus que jamais, les meubles de cuisine sont le segment phare qui dynamise le secteur de l’ameublement français. Le repli du marché constaté en 2018 n’a en rien affecté cette famille de produits qui a vu ses ventes croître de 1,1 % sur l’année. Longtemps tributaire des mises en chantier de logements neufs, le marché de la cuisine se soustrait progressivement de cette dépendance sous l’impulsion d’ enseignes spécialisées qui ont su développer des concepts porteurs valorisés par une communication efficace. D’autre part, après avoir affiché une croissance quasiment ininterrompue pendant plus de 15 ans, la literie a vu ses ventes se stabiliser en 2018. Arrivé à maturité, ce segment représente 14,1 % des ventes du marché du meuble en France.

En dehors de ces deux gammes de produits, tous les autres segments de l’ameublement sont en recul. Les ventes de meubles rembourrés ainsi que les meubles meublants ont nettement diminué l’année dernière (près de 5 % pour chaque type). Un coup dur pour les enseignes de l’ameublement milieu - haut de gamme qui comptent traditionnellement sur la commercialisation de ces familles de produits pour consolider leur activité. Confrontés à une baisse globale de la fréquentation des points de vente, les professionnels du circuit rivalisent d’ingéniosité pour tirer leur épingle du jeu au sein d’un marché en pleine restructuration.

De nouveaux leviers de croissance à concevoir

A l’image de Fly qui a fermé 23 magasins en 2018, les grandes enseignes spécialisées dans la distribution d’ameublement ont sévèrement été impactées par le contexte socio-économique actuel. La lutte s’intensifie entre les grands acteurs du marché qui multiplient les initiatives en vue de conquérir de nouvelles parts de marché. Certaines entreprises développent une offre discount pour venir concurrencer le marché de l’occasion. Pour d’autres, le salut passe par l’élargissement de l’offre commercialisée en se tournant vers les objets de décoration. Les professionnels misent également sur la qualité des conseils et sur l’utilisation d’outils d’aide à la vente (notamment les configurateurs) pour optimiser le panier moyen. Par ailleurs, les magasins d’ameublement de très grandes surfaces trouvent de moins en moins grâce aux yeux des consommateurs qui privilégient de plus en plus des surfaces commerciales plus réduites. Une problématique intégrée par les enseignes spécialisées qui déploient des concepts de magasins minimalistes voués à s’implanter en plein cœur de ville. Enfin, le marché de l’ameublement se transforme sous l’impulsion de sites e-commerce spécialisés. Désormais, les ménages ont pris  l’habitude de comparer et d’acheter des meubles en ligne. Pour répondre à ces nouveaux modes de consommation, les enseignes traditionnelles ajustent leur offre de service en proposant à leurs clients de venir récupérer dans les magasins les commandes passées en ligne. Un secteur en plein boom : selon l’Institut de Prospective et  d’Études de l’Ameublement (IPEA), les ventes en ligne devraient représenter 15 % du marché de l’ameublement d’ici 2020.


Autres actualités