Le marché des salles de sport muscle son jeu


Article publié le : 01/07/2019

A l’heure où le bien-être est érigé en précepte de vie par un nombre croissant de Français, les salles de sport  affichent une santé éclatante et se multiplient sur tout le territoire français. Selon une étude réalisée par le cabinet d’audit Deloitte et par le spécialiste du séjour actif Europe Active, le marché français du fitness regroupe 5,96 millions d’adhérents et génère un chiffre d’affaires annuel estimé à 2,5 milliards d’euros. Le nombre de salles de sport recensées en France ne cesse de croître chaque année. En 2017, on dénombrait 4200 établissements spécialisés, soit une hausse de 5 % en un an. Une progression notable qui place la France comme l’une des locomotives du marché européen du fitness, secteur qui pèse plus de 27,2 milliards d’euros en 2018 (+3,4 % par rapport à 2017). Néanmoins, cette dynamique de marché dissimule une réalité plus contrastée. Avec un nombre d’adhérents qui se stabilise depuis quelques années, la compétition s’intensifie entre les acteurs qui cherchent à consolider leur position sur un marché mature proche de la saturation.

Les salles de sport low-cost dictent le tempo

L’émergence et le succès des opérateurs low cost ont métamorphosé le visage du marché des salles de sport. Désormais, les enseignes se livrent à une sévère guerre sur les tarifs des abonnements. En prime, un professionnel du fitness est désormais dans l’obligation d’étoffer sa proposition de valeur en proposant davantage de formules à la carte en vue de séduire et de fidéliser une clientèle toujours plus exigeante.  Conséquence : le panier moyen des adhérents se rétracte depuis quelques années. En France, le prix de l'abonnement mensuel moyen est ainsi passé de 40€ en 2017 à 39€ en 2018 Les cotisations brutes mensuelles moyennes devraient de nouveau diminuer de 3 % par an d’ici 2020 selon des projections réalisées par l’institut d’études privé Xerfi. Un défi de taille pour les professionnels du secteur qui vont devoir pérenniser leur activité tout en réduisant leur marge.

Dans ce contexte, les salles de sport low-cost s’imposent comme des acteurs incontournables qui dominent le marché du fitness français. En 2018, la chaîne de salles de sport néerlandaise Basic-Fit a considérablement étoffé son réseau de points de vente en France avec l’ouverture de 92 nouveaux clubs. Une croissance qui ne devrait pas fléchir cette année puisque l’enseigne prévoit d’ouvrir entre 80 et 90 nouvelles salles de sport. Avec 255 salles (61 salles de sport inaugurées en 2018), l’enseigne Keep Cool a consolidé sa place de deuxième acteur du marché des salles de sport suite à une opération de croissance externe (rachat de 45 salles de sport Feel Sport). Une montée en puissance qui devrait s’intensifier à court terme puisque l’enseigne française prévoit de doubler la taille de son réseau d’ici trois à quatre ans.

Pour contrecarrer cette concurrence exacerbée, certaines salles de sport s’orientent vers une qualité de services premium dans des cadres idylliques. Un concept porté par Arthur Benzaquen et son frère Franck-Elie, propriétaires des clubs prisés  Ken Club,  Klay et  Blanche. Ce dernier, inauguré en mai 2018, s’intègre dans un hôtel particulier qui comprend également une terrasse et un cinéma. Avec des abonnements à l’année commercialisés autour de 2200 €, le club connaît un succès fulgurant. Guidés par leur souhait de rendre le premium accessible, les deux entrepreneurs ont racheté en début d’année le réseau de salles de sports CMG Sports Club. Ils sont soutenus par le groupe Accor qui a pris une participation dans le groupe familial et près de 100 millions d’euros vont être injectés pour rénover et faire monter en gamme  ce réseau de 21 salles à Paris.


Autres actualités