Le marché de l’optique renoue avec la croissance


Article publié le : 02/10/2019

La baisse d’activité enregistrée en 2017 (une première depuis 15 ans) oubliée, le marché de l’optique français a retrouvé de sa superbe en 2018. Selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), les ventes d’optique médicale ont progressé de 3,6 % l’année dernière, ce qui a permis au secteur de générer un chiffre d’affaires global évalué à 6,4 milliards d’euros (contre 6,11 milliards d’euros en 2017).

Ce regain de croissance s’explique par les renouvellements plus importants de lunettes de correction (depuis 2016, la durée de validité des ordonnances pour des lunettes correctrices a été étendue). Par ailleurs, la généralisation des complémentaires d’entreprise a permis à de nombreux salariés de bénéficier d’une meilleure couverture en optique. Enfin, les prix  de vente ont légèrement progressé (+0,9%) entre 2017 et 2018. En moyenne, une monture optique, tout modèle confondu (première ou deuxième paire), est commercialisée 111 €.

Comme chaque année, les verres de correction ainsi que les montures tirent le marché vers le haut ; à eux deux, ces segments représentent 87 % des ventes en valeur du marché de l’optique-lunetterie français. Ce regain de croissance semble se confirmer en 2019. Selon une étude publiée par l’institut GFK, le secteur a généré un chiffre d’affaires en progression de1,7 % par rapport aux données observées sur la même période en 2018.

Un marché de plus en plus concurrentiel

A l’heure où le marché surfe sur une dynamique positive, de nombreux défis attendent les opticiens dans les prochaines années. La bonne tenue du secteur de l’optique a aiguisé l’appétit d’un nombre croissant d’acteurs, notamment des réseaux sous enseigne. Si le consommateur tire profit de cet environnement concurrentiel de plus en plus féroce, le chiffre d’affaires moyen par magasin tend à diminuer. La concurrence entre réseaux de distribution devrait s’accentuer dans les années à venir, sous l’impulsion de la grande distribution qui voit dans l’optique un levier de croissance majeur. Leclerc souhaite ainsi doubler le nombre de points de vente de son enseigne spécialisée Optique Leclerc à l’horizon 2025. De son côté, Carrefour, en partenariat avec l’enseigne d’optique Atol, vient d’inaugurer en juillet 2019 sa première boutique Carrefour Optique et Audition au sein de son hypermarché de Vénissieux. Ce concept propose un très large choix de produits et affiche la promesse de lunettes prêtes en 45 minutes. En dehors de réseaux traditionnels, les e-commerçants contribuent à intensifier les pressions concurrentielles et tarifaires. Propriété du groupe Casino, le site Cdiscount entend devenir un acteur d’envergure sur le marché de l’optique en ligne avec son offre de lunettes à bas prix commercialisée sous la marque Cdiscount Optique.

Dans ce contexte, les opticiens peaufinent leur stratégie pour trouver des axes de différenciation plus marqués. A ce titre, de plus en plus de professionnels se tournent vers le digital pour offrir une expérience client novatrice et s’inscrire dans une logique de vente omnicanale. Pour d’autres enseignes, le salut passe par la diversification de l’offre proposée, avec notamment le développement d’une offre audition étoffée. Enfin, le développement des ventes hors magasin est une tendance qui prend de l’ampleur ces dernières années. Depuis le mois de septembre, l’enseigne Optic 2000 a déployé un service de vente à domicile de lunettes. Fort de ses 1200 points de vente, l’enseigne compte capitaliser sur son étroit maillage du territoire pour conquérir de nouvelles parts de marché, en ciblant les seniors ainsi que les personnes qui ne peuvent se déplacer en magasin. De quoi renforcer le leadership de l’enseigne qui a réalisé un chiffre de 858 millions d’euros en 2018 !


Autres actualités