Comment reprendre une librairie ?


Article publié le : 13/08/2019

Victor Hugo disait que « Lire c’est voyager. Voyager c’est lire. ». Contrairement à ce qu’on peut penser, les Français demeurent de grands lecteurs et les librairies ont survécu à l’arrivée d’Internet et du géant Amazon. Leur chiffre d’affaires et leur fréquentation sont maintenus. En effet, nombreux sont les entrepreneurs qui font le pari de faire voyager les Français, du moins par l’esprit, en montant ou reprenant une librairie.

Reprendre une structure existante semble être une voie plus sûre pour se lancer dans une telle aventure. Cela ne veut pas pour autant dire que le seul amour des livres suffit à faire marcher un commerce… quelques recommandations sont les bienvenues.

Faire le bon choix en ce qui concerne l’emplacement

Les librairies indépendantes représentent 40% des ventes de livres en France, devant les grandes surfaces spécialisées et Internet. Près de 3 300 librairies indépendantes sont aujourd’hui recensées, allant de la très petite structure à des établissements au chiffre d’affaire pouvant aller jusqu’à plus d’un million d’euros. Face à la multiplicité des commerces de ce type, il est nécessaire d’analyser la situation géographique de la librairie, tout en s’attachant à évaluer la concurrence. Le commerce se trouve-t-il en centre-ville ou en périphérie ? Est-il accessible ? Il est difficile de tirer des généralités, mais on peut globalement dire que de nombreuses communes de la petite couronne sont en besoin de librairies, alors que la ville de Paris en est parsemée, ce qui rend la concurrence plus rude. Les librairies des petites villes sont également intéressantes.

Une bonne formation et quelques qualités indispensables

Reprendre une librairie nécessite de posséder des compétences logistiques, commerciales et informatiques solides. Afin d’être véritablement indépendant, il faut également effectuer une formation au métier de libraire. Par exemple, la formation proposée par le syndicat de la librairie Française permet d’obtenir un brevet professionnel de la librairie. Reprendre une librairie, c’est donc à la fois constituer son fonds de commerce à partir d’une large palette d’ouvrages afin de se distinguer et savoir conseiller le client afin de lui faire découvrir les auteurs.

Garder à l’œil le budget et les financements

Le budget dépend de la taille de l’entreprise, du stock, et de la taille de l’espace. Une librairie doit dégager au minimum un chiffre d’affaire de l’ordre de 150 000 euros par an pour garantir sa viabilité. Heureusement, il existe des aides spécifiques à la reprise et à la création d’entreprises, délivrés par le Centre national du livre et l’Association pour le développement des libraires de création.

Victoire Neyraud


Autres actualités