Fixer les prix de ses produits sans commettre d’erreur


Ne pas nuire à la concurrence

L’équilibre du marché doit être préservé bien que toute entreprise soit libre de fixer les prix de ses produits. Cette liberté ne doit toutefois pas porter atteinte à la concurrence. Afin de préserver cet équilibre, la loi blâme les pratiques anticoncurrentielles qui n’ont pour but que d’éliminer une entreprise du marché. Les stratégies visant à empêcher les nouvelles entreprises d’accéder au marché sont également des actes répréhensibles.

La loi interdit à cet effet le « dumping » ou revente à perte, une stratégie qui consiste à vendre un service ou un produit en dessous de son prix d’achat effectif afin de s’attirer tous les clients et liquider par la même occasion son stock. Le prix d’achat effectif désigne le prix présent sur la facture d’achat duquel sont déduites les ristournes et les éventuelles remises.

Il faut noter que la technique de vente à perte est autorisée pour les produits saisonniers et les produits périssables. Les entreprises qui sont en phase de cessation d’activités peuvent également procéder au «dumping».

Les fournisseurs ne doivent pas non plus imposer un prix minimal de vente aux distributeurs ou leur interdire de pratiquer des remises.

Un autre acte sanctionné par la loi est celui où une entreprise use de sa position dominante sur le marché pour influencer les autres sociétés à pratiquer des prix exorbitants.

Garder les clients informés

Les clients doivent être informés des prix que les commerçants pratiquent. Ces derniers doivent également communiquer à leurs clients professionnels leurs conditions générales de vente. Ces dernières renferment les conditions de règlement, les prix unitaires et les remises. Pour mieux informer les consommateurs, le recours à l’étiquetage, à la voie de marquage ou à l’affichage est exigé.


Autres actualités