Création d’entreprise : devez-vous trouver un associé ?


Les raisons de l’association peuvent être d’ordre social, juridique, fiscal, commercial, patrimonial, amical… La création d’une société implique la naissance d’une personne morale possédant des biens, passant des contrats et agissant en justice. Avant le lancement, vous et vos associés devez vous accorder sur les statuts, les responsabilités de chacun, la structure choisie…


Si vous n’envisagez pas de vous associer, vous et votre entreprise ne serez qu’une seule et même personne. Dans ce cas, vous êtes le seul maître des décisions et le seul responsable de la gestion. Pour protéger vos biens personnels, la création d’une EURL, ou d’une SASU (société par actions simplifiée à associé unique)  l’adoption du statut d’EIRL ou la déclaration d’insaisissabilité chez un notaire est recommandée.

Le choix de l’associé :

Le choix de l’associé entraîne des conséquences importantes dans la réussite de votre projet. Veillez à bien réfléchir (notamment sur ses qualités) avant de choisir une personne.

En principe, il est recommandé de choisir des personnes ayant des compétences complémentaires aux vôtres et qui partagent vos valeurs. De même, il est conseillé de faire rédiger le contrat d’association par un spécialiste. Dès le début, les responsabilités de chacun doivent être clarifiées.

  • Le statut du conjoint :

Si votre conjoint travaille dans votre entreprise, il est tenu de choisir l’un des trois statuts suivants :

Conjoint associé : dans ce cas, il représente un travailleur indépendant et relève du régime social des travailleurs non salariés. (Les partenaires d’un pacs ou les concubins peuvent opter pour ce statut).

Conjoint collaborateur : statut destiné au conjoint de l’associé unique d’une EURL, du gérant majoritaire d’une SARL ou SELARL de 20 salariés de plus ou d’un entrepreneur individuel. Cela implique la collaboration régulière et effective du conjoint sans être rémunéré ni être associé dans la société. Pour jouir d’un droit personnel à la retraite ou bénéficier d’une couverture sociale en cas d’invalidité ou de décès, le conjoint collaborateur doit verser des cotisations sociales. (Statut réservé aux conjoints et partenaires d’un pacs).

Conjoint salarié : le conjoint bénéficie du statut de salarié (contrat de travail, salaire en accord avec sa qualification…) et relève du régime général des salariés. (Les partenaires d’un pacs ou les concubins peuvent opter pour ce statut).


Autres actualités