La restructuration


Dans le premier cas, le plus souvent, elle doit faire face à un ou plusieurs évènements exceptionnels aisément identifiable, tels que la baisse du chiffre d'affaires due à la perte de clients importants, la survenance d’impayés, le départ d'un homme clé de l’entreprise, la survenance d' un incendie ou d’un sinistre non couvert par une police d’assurance appropriée couvrant les pertes d’exploitation...

Dans le second cas, elle se trouve confrontée le plus souvent à un manque de compétitivité, et d’adaptabilité, dans un contexte d’évolution plus ou moins rapide du marché. C’est alors que des mesures profondes de restructuration peuvent s’imposer :

Dans la mise en œuvre de ces mesures de restructuration, le chef d’entreprise aura constamment comme souci, de veiller à l’utilité marginale de ces mesures de restructuration, eu égard à ses contraintes organisationnelles, financières, de ressources humaines, sociales et fiscales.

Les formes de restructurations envisageables sont nombreuses ; elles peuvent consister en :

1 - L'abandon d'activités ou de lignes de produits ou services :

L’hésitation d’une entreprise est souvent grande, lorsqu’il s’agit pour elle d’arrêter une activité, ou la production de produits, surtout lorsque ceux-ci ont fondé sa notoriété.

Mais cet abandon peut se révéler salutaire lorsqu’il se rapporte à une activité peu rentable, ou à des produits ou services sont fortement consommateurs de main d’œuvre et générateurs de peu de valeur ajoutée ; il est parfois plus efficace économiquement de produire moins pour ménager ses marges et sa rentabilité.

Les formes de restructurations envisageables sont nombreuses ; elles peuvent consister en :

La fermeture pure et simple d'ateliers de production, de services ou même de sites industriels

L’opération se traduit immanquablement par la mise en œuvre de plan de sauvegarde de l’emploi (plans sociaux) et de mesures sociales de reclassement et d’accompagnement des salariés.

La cession d’actifs ou d’immobilisations isolés, aux enchères ou de gré à gré, ou encore leur mise au rebut

La résiliation, le transfert, par voie de cession, de concession de licence, de location gérance, d’apport partiel d’actifs, de baux, de droits d'exploitation d’une activité, ou de biens (baux, leasings, approvisionnement...)


Autres actualités