Trois clés pour une utilisation optimale de l’affacturage


Il s’agit d’une prestation de services créée à partir du transfert des créances commerciales d’une entreprise vers une société d’affacturage appelée Factor. Cette dernière se charge alors de la gestion des comptes clients de l’entreprise en encaissant à son propre compte et en supportant les éventuelles pertes dues à des débiteurs insolvables. Les sociétés d’affacturage présentent des contrats modulables. L’entreprise peut opter pour une intervention partielle ou totale sur son poste client : gestion des comptes clients, financement des factures, perception des créances et garantie contre les impayés.

Coût de l’affacturage

Le coût de l’affacturage englobe de nombreux éléments. La commission d’affacturage inclut le payement des services de gestion et de recouvrement. Le montant de cette commission est obtenu à partir d’un calcul prenant en compte un taux appliqué au chiffre d’affaires confié. Ce taux se situe entre 0,50 et 2,50 % selon le chiffre d’affaires, le volume de créances cédées et l’effectif des clients que la société d’affacturage va prendre en charge.

La commission de financement règle les avances de trésorerie de l’entreprise à un montant approximatif aux taux des crédits bancaires à court terme. En outre, la société d’affacturage mentionne dans le contrat un minimum forfaitaire annuel ainsi que des frais de dossier et d’agrément pour les nouveaux clients. Ces frais sont dus dès que l’entreprise entame une collaboration avec la société d’affacturage. Cela implique que l’entreprise souhaitant travailler avec un factor doit avoir au moins 150 000 € de chiffre d’affaires.

Il est à noter que la société d’affacturage applique un fonds de garantie. Cela consiste à retirer un pourcentage sur les factures qui lui sont cédées afin de prévenir le risque de non-paiement.

Rechercher les bons partenaires :

L’affacturage est réalisé par des établissements spécialisés tels que GE Factofrance (filiale de General Electric) et Eurofactor (filiale du groupe Crédit Agricole). Toutefois, depuis quelques années, d’autres établissements peuvent intervenir tels que les filiales spécialisées développées par les banques : BNP Paribas, Banque populaire, Société Générale…


Autres actualités