Transmission d’entreprises dans les secteurs clé de l’économie : le point


Plusieurs raisons poussent les dirigeants à céder leurs entreprises : manque de compétitivité, d’investissements, problèmes de trésorerie, départ à la retraite, etc. En moyenne, près des trois quarts des entreprises transmises ont une ancienneté supérieure à 10 ans. La reprise s'effectue dans 62% des cas à travers une société holding. Ce montage permet de bénéficier de l'effet de levier de l'endettement (la holding servant à recueillir des concours financiers extérieurs), et d'un régime fiscal avantageux.

58 % des opérations de cession d’entreprise concernent des cédants âgés de moins de 55 ans. La transmission familiale représenterait près de 14 % des opérations de cession-reprise par an, et 23 % dans le secteur de la construction. Viennent ensuite : le commerce de gros, l’industrie manufacturière, les transports et le commerce de détail, la construction, etc. 

Concernant le profil des repreneurs, l’âge moyen s’établit à 41 ans. Ils ont un niveau élevé de formation et possèdent une expérience avérée du secteur. Parmi ceux ne la possédant pas (16%), on trouve une majorité de dirigeants et de cadres de direction venant d'autres secteurs, qui ont une expérience de la gestion d'entreprise. Plus de la moitié des repreneurs étaient précédemment dirigeants ou gérants.

Les repreneurs rencontrent deux problèmes majeurs après la reprise : des problèmes de gestion du personnel et des problèmes de trésorerie. Il convient toutefois d'être prudent sur ce point, dans la mesure où le repreneur interrogé préférera peut-être mettre en avant les problèmes de compétences du personnel plutôt que les difficultés à gérer l'équipe présente dans l'entreprise. 


 


Autres actualités