Les moyens pour financer la création d’un point de vente en commerce associé


Les lecteurs fidèles des Echos de la franchise pourront feuilleter quelques pages axées sur les leviers de financement dont disposent les chefs d’entreprises solidaires et qui leur permettent de reprendre ou de créer une entreprise.

Les réseaux du commerce associé sont parvenus à réunir 2,5 milliards d’euros en 2012, une somme dédiée au financement de la reprise de 1300 points de vente et à la création de 1200 autres. Ce chiffre prouve la fiabilité du modèle de la coopérative.

Des questions se posent autour de ces leviers de financement à la disposition d’un associé pour reprendre ou créer une entreprise. Michel Choukroun apporte les réponses dans son ouvrage intitulé « Le commerce associé : entreprendre autrement pour réussir ».

Voici un bref résumé de ce que cet auteur évoque dans son livre « Le commerce associé : entreprendre autrement pour réussir » :

Les associés qui projettent de financer un nouveau point de vente et les porteurs de projets qui sont membres d’un groupement ont à leur disposition un large choix de financements possibles. Cependant, pour prétendre à un financement, l’associé doit avoir un apport personnel minimum dans la concrétisation de son projet. Avant même de demander un financement, le postulant doit recourir à ses ressources personnelles qui doivent représenter au moins 30% des dépenses estimatives. Dans la majorité des cas, le porteur de projet sollicite l’aide de sa famille et de ses amis pour pouvoir atteindre ce taux. Vendre des biens personnels est également une alternative pour boucler la première mise de fonds. Cette option augmente la chance de décrocher facilement un financement car elle prouve la volonté de devenir entrepreneur indépendant.

Selon Eric Plat, président-directeur général d’Atol, tous les postulants agréés par le conseil d’administration du groupement bénéficient d’une aide conséquente dans la quête de financement.


Autres actualités