Les facteurs de réussite des Entreprises de Taille Moyenne (ETM)


Une étude menée par GE Capital-Essec, une filiale financière du groupe General Electric, démontre la place importante que tiennent ces entreprises en termes de chiffre d’affaires et d’effectifs. En effet, les quelques 36 000 ETM implantées en France génèrent entre 10 et 500 millions d’euros de chiffre d'affaires annuel. Au Royaume-Uni et en Allemagne, le taux annuel de chiffre d’affaires des ETM est compris entre 20 millions et 1 milliard d’euros de CA tandis qu’en Italie, ce chiffre va de 5 à 250 millions d’euros de CA.

Malgré ces chiffres d’affaires, selon l’étude de GE Capital-Essec, les Entreprises de Taille Moyenne françaises se situent en général un peu en retrait par rapport à celles implantées dans les 3 autres pays cités ci-dessus. L’étude menée démontre le problème de recrutement au Royaume-Uni, le problème de financement en Italie et le problème de fidélisation des compétences en Allemagne. Même si ces dernières font face à des obstacles, les fournisseurs des ETM françaises sont moins internationaux et les offres sont peu orientées vers les clients. Ces entreprises demeurent également moins innovantes d’où la réduction des commandes. Ces sociétés souffrent, par ailleurs, d’une difficulté à attirer, à garder et à développer les talents. Pour aider les ETM françaises à évoluer, l’étude menée leur propose de s’orienter vers le marché international. Quelques recommandations, comme l’adoption de solutions de financement alternatif du type affacturage et le pacte de compétitivité, sont également proposées.

Résistant mieux à la crise, les 10 premières ETM relevées dans 4 pays européens se distinguent en effet grâce à leur dynamisme. De par les études menées et selon le coauteur de l’étude, Nicole Glady, professeur de marketing à l’Essec, les secrets de la réussite de ces entreprises résident également dans le développement de l’internationalisation. Elle attribue aussi la réussite des ETM à plusieurs facteurs dont la qualité des équipes dirigeantes, la capacité à investir, l’aptitude à innover, la maîtrise des process de gestion d’entreprise, la forte orientation client et la nature capitalistique privilégiant l’actionnariat familial.


Autres actualités