Les conseils pour déjouer les pièges de la création


Dans le contexte économique actuel (incertitude des marchés et conjoncture économique), vouloir créer une entreprise relève de l’irrationnel, d’après Marc Simoncini. Pourtant, en 2012, plus de 500 000 Français se sont encore lancés dans l’aventure. Le fondateur de Meetic avoue qu’en même temps, de belles opportunités se créent grâce à la crise. Ayant créé son entreprise en 2002 dans un marché gelé, Simoncini s’est risqué dans cette voie, par intuition.

Sandra Le Grand assure, quant à elle, qu’une bonne idée ne suffit pas pour réussir. L’exécution du projet est le déterminant de la réussite. La fondatrice de Kalidea (ex-Canal CE) ajoute que les nouveaux entrepreneurs seront confrontés à des obstacles commerciaux, marketing et financiers, mais la clé du succès se trouve dans la persévérance.

Jacques Antoine Granjon, relativisant les discours trop pessimistes, avoue que la donne actuelle est certes difficile, notamment au niveau fiscal, mais les contraintes qu’il a rencontrées lors de la création de Vente Privée n’étaient pas forcément plus simples.

Etre souple et flexible dans sa démarche

A commencer par la définition du projet, le parcours de l’entrepreneur est jalonné d’obstacles et de difficultés. D’après Simoncini, avant qu’il ne soit trop tard, il faut accepter qu’on se soit trompé et savoir changer de stratégie, si besoin. L’exemple de Sébastien Forest, créateur d’AlloResto, illustre bien cet avis. En manque de trésorerie et de clients, AlloResto était au bord de la liquidation judiciaire. Son créateur décide dès lors de tout reprendre à zéro et de créer des programmes de fidélité. Grâce à cette réactivité, son entreprise s’est redressée en à peine 6 mois.

Privilégier les recrutements entre amis

Les start-up ont toutes les peines du monde à recruter, notamment les profils pointus, pour le risque qu’ils représentent. Ainsi, la solution idéale est d’aller voir du côté des relations et d’opter pour le réseau et la cooptation.



Autres actualités