Faire son choix entre une entreprise individuelle et une société


·         Avantages

Le premier avantage se situe lors de sa création. En effet, la constitution d’une entreprise individuelle n’exige aucun capital minimum, dans la mesure où elle n’est pas dotée d’un patrimoine propre. Par ailleurs, l’élaboration de statuts est facultative, seule une immatriculation au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) ou au répertoire des métiers est exigée par la loi. Bref, les démarches et procédures liées à sa création sont simplifiées.

Contrairement aux entrepreneurs des autres formes juridiques, l’entrepreneur individuel a une marge de manœuvre importante dans l’exercice de ses activités, notamment dans la mise en œuvre de sa comptabilité.

Cette forme est également la plus facile à gérer car elle implique un nombre limité de ressources matérielles, financières et humaines.

·         Inconvénients

Comme l’entreprise individuelle n’a pas de patrimoine professionnel, le chef d’entreprise engage son patrimoine personnel en cas de difficultés. Il est indéfiniment et solidairement responsable sur ses biens propres, des dettes de l’entreprise.

L’entreprise individuelle est soumise aux régimes sociaux des non-salariés. Elle ne bénéficie donc pas du régime général de la Sécurité sociale. En cas de faillite, par exemple, l’entrepreneur individuel ne peut pas compter sur l’assurance-chômage du régime général.

La rémunération du chef d’entreprise étant déduite des bénéfices de son entreprise, cette charge ne peut pas être comptabilisée en tant que telle, ce qui n’induit pas une diminution du résultat imposable. Néanmoins, il a une obligation de cotisations sociales, déductibles de son résultat.

Pourquoi privilégier le passage en société ?

Le passage en société peut permettre dans une certaine mesure de limiter les risques financiers liés à l'exploitation, mais surtout de protéger le patrimoine personnel du chef d’entreprise. Sur le plan fiscal, le principal avantage est de pouvoir optimiser le résultat imposable afin de payer à l’Etat le montant le plus juste possible. De plus, grâce à son statut d’entrepreneur classique, le chef d’entreprise peut bénéficier d’une meilleure protection sociale.

Cette structure permet également de vendre ou de céder facilement les parts de la société, une possibilité pour l’entrepreneur de s’associer à d’autres professionnels et d’acquérir de nouvelles compétences.

Le passage dépendra éventuellement de la nature de l’exploitation, des objectifs personnels de l’entrepreneur et du statut envisagé.

 


Autres actualités