Entreprendre à plusieurs ou la solution SCOP (Société Coopérative de Production)


La solution d’entreprendre à plusieurs s’avère être efficace, mais il faut faire attention aux diverses formes juridiques sociétales. Si théoriquement la création d’une société limite les risques, le principe de la Société Coopérative de Production (SCOP) propose une répartition du pouvoir équilibrée entre les associés.

Ainsi, la SCOP sous forme de SARL (Société à Responsabilité Limitée) ou de SA (Société Anonyme) est une société au sein de laquelle 51 % du capital et 65 % des droits de vote sont détenus par les salariés. En termes de droit de vote, tous les salariés sont égaux avec une voix chacun, et ce, indépendamment du montant du capital détenu et des parts sociales. Le dirigeant est élu par les salariés-associés mais aussi en fonction de ses compétences. De plus, les associés-salariés et le dirigeant appartiennent au même régime général des salariés.

Dans le cas où la Société Coopérative de Production est créée à partir d’une SARL, le capital social ne peut être inférieur à 30 €, avec un minimum de 2 associés-salariés pour sa constitution. Pour la SCOP lancée sous forme de SA, le capital social minimum est de 18 500 € et 7 associés-salariés sont requis au minimum.

Les avantages de la SCOP sont :

-          un projet collectif à caractère d’aventure humaine qui appelle tous les associés-salariés à s’investir pleinement.

-          être associé-salarié d’une SCOP, c’est pouvoir participer à la gestion, à la stratégie et à la poursuite des objectifs de son entreprise (responsabilité).

-          la Société Coopérative de Production permet d’évoluer dans une ambiance plus conviviale et solidaire avec des objectifs désormais collectifs.

-          pour un entrepreneur sans descendance, la SCOP est une solution pour la transmission à ses salariés.

-          en période de crise économique, de nombreux salariés ont aussi pu sauver leur entreprise en la reprenant sous le statut de SCOP.

 

La recherche de rentabilité pour les associés-salariés est alors au cœur de l’entreprise car la répartition des profits au sein d’une SCOP obéit à trois règles :

-          au minimum 16 % des profits doivent être affectés aux réserves de la société pour garantir sa pérennité

-          les associés-salariés reçoivent au minimum 25 % des profits, versés au travers d’un accord de participation

-          les montants perçus ne sont pas soumis à cotisations sociales, mais bloqués pour une durée de 5 ans


Autres actualités