Comment réussir sa reprise d’entreprise ?


Pour réussir sa reprise d’entreprise, il est capital que le repreneur s’interroge sur son degré de motivation et d’implication personnelle, ses compétences et ses expériences professionnelles. D’autres facteurs doivent également être pris en compte : le niveau d’apport personnel engagé, les secteurs d’activités recherchés, l’accompagnement des compétences de professionnels à toutes les étapes du processus de reprise. Une fois enclenché, le repreneur devra s’atteler complètement à ses nouvelles tâches.

Reprendre une entreprise nécessite de se projeter dans le futur et d’adopter l’attitude d’un dirigeant. Si cette vision correspond à votre projet de vie, alors votre engagement personnel sur les années à venir ne sera pas vécu comme une contrainte mais perçu comme le signal fort de votre réussite.

Les statistiques

Selon une étude de l’Observatoire permanent des porteurs de projets CCI-EEF / « OpinionWay », prenant appui sur plus de 7700 porteurs de projets de reprise d’entreprise :

-          31 % des porteurs de projets souhaitent reprendre une entreprise de 1 salarié seulement,

-          39 % de 2 à 5 salariés,

-          13 % une entreprise avec plus de 6 salariés.

Cette étude montre également que 48 % des porteurs de projets ont l’intention de reprendre seul, 19 % avec un ou plusieurs associés, 8 % avec un ou plusieurs membres de la famille, et 25 % avec leur conjoint.

 Les trois principaux critères de recherche des porteurs de projets pour la reprise d’une entreprise sont :

-          Le secteur d’activité

-          L’emplacement géographique

-          La santé financière de l’entreprise

Ensuite viennent les équipes et l’organisation de l’entreprise.

Profil général des repreneurs

Il faut prendre en compte la typologie des repreneurs. Vous n’êtes pas en concurrence directe avec eux car votre expérience est unique, mais le cédant recevra plusieurs propositions.

En général, le repreneur présente le profil suivant :

-          Il est jeune : entre 41 et 45 ans, que ce soit un repreneur commerce ou un repreneur industrie.

-          Dans 73 % des cas, c’est un homme ayant un niveau de formation élevée et une expérience avérée dans le monde de l’entrepreneuriat.

-          Il a recours au financement bancaire.

Plus le nombre de candidats à la reprise sur le même type d’entreprises est élevé, plus la mise en concurrence sera âpre. Il ne faut pas perdre de vue que c’est le cédant qui choisira son repreneur et non l’inverse.


Autres actualités