Ce que les dirigeants de PME pensent du programme Hollande pour les entreprises


60 % des dirigeants d’entreprises considèrent que les mesures mises en place par le président de la République découragent l’entreprenariat. La plupart d’entre eux ne sont pas enthousiastes à l’idée de ces nouvelles mesures. Seul le tiers des interrogés estiment que le programme Hollande est justifié dans le contexte actuel.

1.      L’augmentation des charges se répercute sur la rémunération des salariés

La suppression de la détaxation des heures supplémentaires a modifié la politique de rémunération, la révision des accords d’intéressement ou encore la compensation par un accroissement des avantages en nature.

La taxation du capital au même titre que le coût du travail devrait pousser le quart des chefs d’entreprise à modifier leur politique de rémunération.

2.      L’alourdissement de la fiscalité du travail incite moyennement à la délocalisation

Cette mesure concerne la moitié des entrepreneurs. Une partie même à délocaliser, mais l’augmentation du coût du travail pousse près de 38 % d’entre eux à réduire leurs effectifs.

3.      Le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi est apprécié

70 % des personnes interrogées sont d’accord avec cette mesure. D’autres l’apprécient moins du fait que « ce que le gouvernement rend aux entrepreneurs ne suffit pas à rembourser ce qu’il a prélevé ».

  • Qu’est-ce que le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi ?

Le CICE s’applique aux rémunérations versées à partir de sa date d’entrée en vigueur, soit le 1er janvier 2013. Il permet aux entreprises d’améliorer leur compétitivité à l’aide d’efforts en matière de recherche, d’innovation, d’investissement, de recrutement et de formation.

Pour bénéficier de ce crédit d’impôt, l’entreprise doit employer des salariés, être imposée en fonction de ses bénéfices réels et être soumise à l’IR ou à l’IS.a


Autres actualités