Vers le renforcement de la compétitivité des entreprises


Les sociétés françaises font face à d’autres problèmes en plus de la baisse du temps de travail. Les entrepreneurs se sont vite adaptés et ne revendiquent plus la suppression des 35 heures.

Selon les résultats des études menées par l’Institut de l’entreprise sur la compétitivité de l’Hexagone, les dirigeants d’entreprise font face à d’autres problèmes notamment la non-conformité de l’offre par rapport à la demande ainsi que le déclin de la productivité. Selon Xavier Huillard, PDG de Vinci et président de l’Institut de l’entreprise, le pays court à sa perte si le problème de la compétitivité n’est pas résolu à temps. Le cercle de réflexion (think-tank) a proposé des solutions issues d’un consensus entre entreprises et fonctionnaires de l’Etat.

Les produits français s’améliorent

Afin de résoudre le problème de compétitivité, un « conseil pour la compétitivité » a été créé. Ce conseil regroupe des dirigeants d’entreprise et des décideurs publics.

Le think-tank vise la stabilisation de l’environnement des entreprises. Xavier Huillard doute du développement des entreprises tant que les règles fiscales et sociales ne cessent de changer. Après le lancement des réformes structurelles, la mise en place d’un moratoire de cinq ans doit être envisagée.

Le PDG de Vinci évoque également l’importance du dialogue social et la nécessité de mettre en œuvre des propositions innovantes par les partenaires sociaux. La France peut suivre l’exemple de l’Allemagne quant à l’instauration des accords collectifs de branche et d’entreprises ainsi que des pactes de compétitivité. Le but est d’amortir les conséquences de la crise sur l’emploi.

Ce rapport exige l’innovation et la montée en gamme des produits français. Il préconise également le transfert d’une partie des cotisations sociales vers la fiscalité pesant sur les ménages.


 


Autres actualités