Un législateur pour servir les créateurs d’entreprise


Guillaume Cairou apprécie le fait que de nombreux Français s’investissent dans la création d’entreprise. Selon cet entrepreneur, les chiffres y afférant cachent une vérité que nombreux ignorent. Si la France a en effet enregistré près de 550 000 entreprises créées en 2012, c’est parce que la moitié des dirigeants sont des auto-entrepreneurs.

Les chiffres obtenus ont permis de savoir que les Français sont convaincus de l’efficacité du régime de l’auto-entrepreneur lancé en 2009. Ces statistiques prouvent également que le seuil de vigilance est atteint.

Depuis la réforme du régime de l’auto-entrepreneur, une baisse significative du nombre de créations d’entreprise a été constatée. Une réduction du nombre d’avantages obtenus grâce à ce régime a été observée et l’envie d’entreprendre a considérablement baissé chez les Français.

Selon Guillaume Cairou, les ¾ des entreprises françaises ne disposent pas de plus de 3 salariés. Cette réalité se justifie par le fait que ce sont les femmes au foyer, les quinquagénaires et les chômeurs qui sont les plus motivés à se lancer dans l’univers de l’entreprenariat. Ces personnes cherchent en effet un emploi qui correspond à leurs attentes tant au niveau de la rémunération que des conditions de travail.

Ce dirigeant d’entreprise avoue cependant que les Français disposent tous d’une fibre entrepreneuriale, mais ce sont les moyens qui leur font défaut. Il a lancé, au nom du club des entrepreneurs, une mutation qui vise la mise en place de nouvelles formes entrepreneuriales.

D’après Guillaume Cairou, le législateur doit servir les entrepreneurs. Il s’agit de la condition sine qua non pour prétendre à la croissance du secteur. Les entrepreneurs d’aujourd’hui souhaitent disposer d’un large choix de forme juridique qui leur permet d’entreprendre en toute quiétude. L’heure est actuellement au portage salarial, un système qui se complète avec l’auto-entrepreneur.


 


Autres actualités