Les secrets des trois patronnes les plus rentables de France


Ces trois femmes d’horizons différents ont en commun la persévérance et la poigne d’un entrepreneur. Rien ne les destinait à devenir les patronnes de France les plus fructueuses en termes de capital et de croissance : la première est issue d’une école en marketing interactif à Paris-Dauphine et au sein du laboratoire marketing de Harvard, diplômée en tant qu’enseignante-chercheur. Lejbowicz est une ancienne étudiante de l’ESCP et de l’IEP de Paris, bien rodée en télématique au titre de directrice générale d'une agence de communication. La troisième est eu une idée de génie en s’inspirant de la vente à domicile façon Tupperware.

Yseulis Costes mise sur la performance des opérations marketing que son entreprise réalise auprès de sa clientèle, la stratégie « Win Win » avec comme principe la motivation interne ou « incentive ». De plus, pour satisfaire chacun, l’innovation est au cœur de la politique d’entreprise avec pas moins de 15% des recettes engrangées pour la R&D (recherche et développement). L’énergie et la réactivité résument bien la stratégie de croissance de cette entreprise. Cette dirigeante entretient un rapport très terrien avec l’argent, qu’elle considère à la base de la croissance. Outil majeur de l’innovation,  l'évolution des métiers des nouvelles technologies (NTIC) demande en effet beaucoup de fonds pour le développement. L’avenir de 1000mercis gravite autour de 3 axes majeurs : l'innovation (l’invention à profusion), la poursuite des objectifs sur le plan international, et l’influence au niveau des nouveaux canaux relationnels (téléphone mobile et réseaux sociaux).

De son côté, Corinne Lejbowicz prône une politique de travail sur tous les fronts, avec au final le plus large référentiel en Europe en termes de sites marchands. Son site recense 135 millions d'offres, dont 20 millions en France. Chaque jour, son équipe se bat pour avoir encore plus de parts de marché face à Google ou Microsoft. L‘objectif étant d’acquérir davantage de nouvelles offres, cette chef d’entreprise a mis en place une véritable équipe de commerciaux dédiés pour assurer sa notoriété auprès des sites d'e-commerce. Le rachat d’entreprises étrangères est une autre stratégie mise en place par cette société pour couvrir le marché européen.

Véronique Garnodier a affiché un taux de 44,7 % de rentabilité récemment et veut toujours aller plus loin dans la poursuite de ses objectifs. Son secret, c’est d’avoir une structure intégrée, sans aucun intermédiaire (charges sociales des vendeuses, rémunération d'un grossiste...). Seulement 1/3 du CA couvre la rémunération des vendeurs indépendants. Ces derniers sont payés par commission sur les ventes. Selon cette chef d’entreprise, « le marché de la lingerie pèse plusieurs milliards d'euros ». Sa politique commerciale avantage les nouveaux produits, mais se concentre surtout les réseaux sociaux et le levier humain. Souvent, un vendeur arrive à la vente directe par nécessité ou par recherche de travail. Il y reste par passion, car les ventes se trouvent en perpétuelle croissance.  Cette chef confie qu’elle gagne 15 000 € nets par mois avec son commerce de vente à domicile, avec un CA enregistré en bourse de 10 millions d’euros annuel.


Autres actualités