Les créateurs d’entreprises auront une nouvelle opportunité


Cette dernière pénalise en effet les entrepreneurs ayant rencontré des problèmes. Cette mesure leur permettrait de rebondir.

Avec la décision qu’a prise Fleur Pellerin, les chefs d’entreprises ayant déposé le bilan pourront se remettre en selle. Un premier échec n’est pas le signe d’une incompétence. Les statistiques mettent même en évidence le fait qu’un entrepreneur qui échoue une fois sera plus efficace.

La notation 040 est donnée aux chefs d’entreprise ayant fait faillite au cours des 3 dernières années. Pour les établissements financiers, cela signifie que l’entrepreneur a subi un accident en cours de développement mais qu’il peut encore – théoriquement – bénéficier des financements bancaires. En réalité, les banques hésitent à prêter aux dirigeants ayant reçu cette notation.

Une chef d’entreprise témoigne d’ailleurs en affirmant que les banques refusaient de lui prêter de l’argent du fait qu’elle était notée 040. La situation ne s’est débloquée que grâce au fait qu’elle connaissait le banquier et parce qu’elle avait d’autres comptes fournis au sein de l’établissement.

·         La cotation : une injustice

De nombreux professionnels s’insurgent contre ce système. Pour eux, cette mesure est hypocrite et ce, malgré le fait que la Banque de France affirme que cette notation n’est pas une sanction.

De leur côté, le Medef et la CGPME réclament une modification de cette notation depuis quelques années. Pour eux, la cotation est une injustice : ce ne sont pas les sociétés qui subissent la crise qu’il faut pénaliser mais les dirigeants qui font des erreurs de gestion volontaires.

Pour que les entrepreneurs et le gouvernement soient d’accord sur ce point, Fleur Pellerin a décidé que la mesure sur la notation serait l’une des 30 mesures annoncées durant les Assises de l’entreprenariat début avril. Une décision que les organisations patronales ont saluée et soutenue.


Autres actualités