Les aides aux entreprises qui s’accumulent et freinent la productivité


En France, les aides aux entreprises représentent 60 milliards d’euros. Cela équivaut au budget annuel de l‘Éducation national. Malgré l’importance de ces aides, les 6 000 dispositifs sont toujours jugés inefficaces.

Le cabinet Ernst & Young a récemment effectué une étude qui révélait que 3 patrons sur 4 n’étaient pas satisfaits des aides publiques. Ils ne privilégient que les aides à l’innovation et l’Oséo et donnent un avis positif à Coface. Certains d’entre eux ont affirmé que les aides publiques ne sont qu’une aide superflue.

La raison de cet avis négatif vient en majeure partie du fait que beaucoup d’organismes publics se font concurrence pour proposer leur soutien. Les aides aux entreprises pénalisent ainsi les sociétés du fait de leur complexité et de la difficulté des entrepreneurs à déterminer leur véritable utilité. Le résultat : 70 % des chefs d’entreprises remarquent que les moyens mis en place pour les aider se dégradent. La même proportion considère les aides à l’export comme inefficaces.

  • Rationaliser et simplifier

Les chefs d’entreprise demandent une réforme des aides publiques pour davantage d’efficacité. La rationalisation et la simplification sont les mesures qu’ils ont proposées. Ils sont aussi d’accord sur le fait qu’un interlocuteur central doit exister entre les entreprises et l’État malgré le fait que cela nécessite la formation d’équipes compétentes. Certaines PME réclament, de leur côté, l’augmentation des aides car ils ne perçoivent que 9 % des 60 milliards d’euros d’aides aux entreprises.

Le président de la région Rhône-Alpes, Jean-Jacques Queyranne,le PDG de Somfy, Jean-Philippe Demaël, et un haut fonctionnaire, Philippe Jurgensen, pourraient s’inspirer de ces demandes pour leur bilan des aides aux entreprises. Ce bilan leur a été demandé par le premier ministre en vue de trouver des solutions aux aides inefficaces ou inutiles.


 


Autres actualités