Les 7 propositions de la BGE à l'occasion des Assises de l'Entrepreneuriat


L'objectif de ces Assises étant de développer et de faciliter la création d'entreprise en France, le réseau national d'appui aux entrepreneurs ou BGE a pris une part particulièrement importante dans la défense de ce but commun. La BGE énonce ainsi 7 propositions pour la promotion de l’entrepreneuriat en France :

-          La création d’un bilan de compétences entrepreneuriales

-          L’accompagnement des entrepreneurs financés par les banques

-          La promotionde l’Aide à la reprise et Création d’entreprise (ARCE) au rang de premier vecteur du développement de l’entrepreneuriat.

-          La promotion de la création d’entreprise dans les campus universitaires

-          Considérer en priorité les jeunes en situation d’entreprendre et de comprendre l’entreprise

-          Simplifier la vie administrative des chefs d’entreprise

-          Mobiliser des moyens adaptés pour former les chefs des entreprises individuelles ou auto-entrepreneurs.

La première proposition part du constat que les salariés ont souvent des parcours professionnels évoluant. Malgré ces divers changements, ces mêmes salariés ont des ressources et des compétences attrayantes pour créer des entreprises : ceci constitue alors un gâchis de ne pas mettre à profit ce potentiel. Ainsi, 5 objectifs découlent de cette première proposition : la possibilité d’inscrire la création d’entreprise dans son parcours de vie, la mobiliser autour de la création d’entreprise ou la sécurisation des parcours, la détection des meilleurs potentiels, la formation sur la culture des postures entrepreneuriales et la sélection des potentiels avant de faire un investissement plus conséquent sur les parcours de formations.

Les créations d’entreprises sont une cible pour les banques, car elles constituent une occasion d’enrichir leur portefeuille client. Pourtant, nombre d’entre elles ne voient pas cette occasion du même œil : les TPE en création sont considérés comme une segmentation à risque cause des coûts élevés de traitement de dossiers. La BGE propose alors 5 objectifs concomitants à cette deuxième proposition : réduction du risque pour la banque et du coût d’instruction des dossiers, sélection de TPE pérennes et ayant une forte capacité à se développer, accès au crédit pour tous, y compris femmes et jeunes.

Les jeunes étudiants sont porteurs de dynamisme, d’enthousiasme, d’aptitudes à innover et à déceler de nouveaux marchés.Néanmoins, leur situation est paradoxalement un frein à l’acte entrepreneurial : manque d’expérience professionnelle, méconnaissance de l’entreprise et de ses mécanismes. Dans cette voie, la BGE propose de sensibiliser les étudiants à la création ou à la reprise d’entreprise, de sécuriser l’acte entrepreneurial des jeunes diplômés et même de créer un écosystème entrepreneurial au sein des campus pour tout type d’entreprise.


Autres actualités