Le prix de l’affacturage


Cette rémunération est exprimée en pourcentage du chiffre d’affaires confié à l’affactureur. Elle n’est jamais en dessous de 0,20 % pour une PME. Elle dépasse même 1 % dans certains cas. Le factor impose généralement dans son contrat un minimum forfaitaire annuel qui prend effet au moment où la société commence à collaborer avec lui.

Le calcul de la commission d’affacturage se fait en fonction de quatre critères à savoir la taille des factures, le volume de créances cédées, la qualité des clients de l’entreprise et son domaine d’activité.

Les ordres de grandeur se constatent surtout à travers des exemples précis comme le cas de deux PME qui réalisent un chiffre d’affaires différent. Une PME dont le chiffre d’affaires est de 10 millions d’euros doit payer une commission d’affacturage au taux de 0,55 %. Une autre dont le chiffre d’affaires atteint 21 millions d’euros doit par contre s’acquitter d’une commission d’affacturage de 0,20 %.

La commission de financement s’ajoute à la commission d’affacturage et donne le montant à payer par la société. Le coût de cette commission est quasi-égal au taux de crédits bancaires à court terme.

D’autres dépenses sont également susceptibles de s’ajouter à ces deux commissions. L’affactureur retient en effet un pourcentage visant à couvrir les risques de non-paiement sur les factures qui lui sont cédées. Ce pourcentage est mieux connu par l’expression « fonds de garantie ». Ce fonds se situe généralement entre 10 et 15 %. D’autres coûts annexes peuvent également s’observer notamment pendant la prise de renseignements sur les nouveaux clients et l’encaissement d’effets.


Autres actualités