La création d’entreprises comme moyen de vaincre la pauvreté


Cette parution est en effet destinée à démontrer aux personnes en situation de précarité que créer sa propre entreprise permet de s’épanouir et de se développer.

D’après le rapport de l’Eurostat ou office statistique de l’Union Européenne paru en 2012, le taux de chômage relevé dans la zone euro atteint les 11,1 %. Parmi les 17,5 millions de chômeurs européens, plus de 5,5 millions sont âgés de moins de 24 ans. En France, le taux de chômage était de 9,6 % durant le premier trimestre de l’année 2012. En outre, l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE) publie un fait accablant se résumant comme suit : « plus d’un Français sur trois a connu un épisode de pauvreté d’au moins une année entre 2004 et 2008 ». De ce constat, il est relevé que les personnes les plus concernées sont les quelques 16 millions d’individus âgés de plus de 16 ans.

Parallèlement à la hausse du taux de chômage et de pauvreté, la création d’entreprises n’est pas en nombre réduit. En 2011, l’Insee révèle que quelques 550 000 nouvelles entreprises sont créées en France et plus de 291 720 créations sont relevées dans la zone euro. La plupart de ces créations se sont réalisées grâce au statut de l’auto-entrepreneur selon Maria Nowak, présidente de l’Association pour le Droit à l’Initiative Economique (ADIE). Constituant une priorité, la création de sa propre société démontre le désir d’indépendance ainsi que le goût d’entreprendre. Concernant le financement des micro-entreprises, les emprunts bancaires ne représentent que 18 % des moyens utilisés par les micro-entrepreneurs. Ayant pour missions principales de financer les micro-entrepreneurs n’ayant pas accès au crédit, l’ADIE apporte essentiellement son soutien aux chômeurs et allocataires des minima sociaux via le microcrédit. Plus de 10 000 microcrédits par an sont de ce fait alloués par cette institution de micro finance aux créateurs pauvres de micro-entreprises.


Autres actualités