Interviews des 6 ministres sur le Salon des Entrepreneurs 2013


Voici les nouvelles mesures prises par le gouvernement à l’occasion du Salon des Entrepreneurs qui s’est tenu les 6 et 7 février derniers. 6 ministres ont répondu présents et ont annoncé leur programme dans leurs domaines respectifs.

Le ministre de l'Économie lance un programme d'aide à la trésorerie des PME afin de pérenniser ces jeunes volontaires de la croissance. Pierre Moscovici annonce ainsi un nouveau produit d'affacturage avec la participation d’Oseo. Ceci constitue une garantie aux PME d'un montant de 200.000 € à l’endroit de toutes les entreprises sur le sol français. D’autre part et toujours selon les propos du ministre, la BPI développera un nouveau fonds spécifique en vue de faciliter le recours aux cautions des PME de moins de 20 salariés. Les mesures gouvernementales quant à elles concernent les délais de paiement : Pierre Moscovici a affirmé que 2 000 établissements seraient contrôlés par la DGCCRF en 2013. Ce chiffre connaît un taux revu de plus 10 % par rapport à l’exercice 2012, et cible en particulier les grands groupes.

La nouvelle politique de la ministre déléguée aux PME, à l'innovation et à l'économie numérique, Fleur Pellerin, concerne le droit à l'échec des entreprises nouvellement créées et leur aide en termes de financement ou subvention. La ministre a en effet déraciné le problème des chefs d'entreprise qui déposent leur bilan et pourtant recherchent malgré tout à redémarrer une nouvelle activité. Elle a cité que la France se classe « dans les pays où on met le plus de temps à se remettre d'un échec » en mettant l’accent sur les faillites dues à une mauvaise gestion ou celles relevant de causes purement économiques. Ce point critique sera débattu durant les assises de l'entrepreneuriat tenues en avril. Pour venir en aide aux entrepreneurs en difficulté, la ministre a lancé un appel au gouvernement pour le financement participatif des PME en plein développement ou crowdfunding. Une telle mesure incitative pourrait motiver de futurs entrepreneurs et porteurs de projet pour leur financement.

Le ministre Jérôme Cahuzac prône pour sa part une refonte du contrôle fiscal en instaurant un climat de confiance entre les entrepreneurs et l'administration fiscale. Le ministre du Budget a appuyé la refonte du modèle de contrôle fiscal des entreprises déclaré à Bercy début février, et a réitéré la promesse du gouvernement concernant le nouveau système de la taxation à 75 %. Pour clôturer son intervention, Jérôme Cahuzac a donné quelques pistes et éclaircissements pour limiter l'exil fiscal.

Nicole Bricq revient sur la création de la marque France : la ministre du Commerce extérieur veut défendre les entreprises et les talents portant les couleurs de la France à travers le marché International. Selon elle, le Pacte de compétitivité doit simplifier les démarches des entreprises souhaitant entrer dans le marché international. Nicole Bricq conseille par ailleurs à toutes les entreprises françaises d’exceller à l’échelle nationale avant de viser le marché européen régi par des normes proches, pour enfin s’attaquer aux marchés outre frontière.

 

Le ministre chargé de l'économie sociale et solidaire, Benoit Hamon, veut faire passer la pilule de « l'économie sociale et solidaire ». Cet homme politique annonce son projet de faire « passer à la vitesse supérieure » l'ESS. Le ministre a lancé ainsi un appel au gouvernement pour financer en particulier les porteurs de projets dans 4 secteurs. Benoit Hammon a aussi abordé le rôle de la BPI dans le financement de l'ESS avec la promulgation prochaine de la loi-cadre de l'ESS. Ce projet permettra aux futurs entrepreneurs de bénéficier de la création d'une entreprise sous un statut classique, mais avec les avantages pour tous les salariés de profiter d’une économie sociale et solidaire.

Enfin, Sylvia Pinel veut renforcer le secteur de l'artisanat par le biais du « pacte de l'artisanat » signé fin janvier. La ministre dédiée est notamment venue au Salon pour défendre les 33 leviers concernant l’attractivité de ce secteur. La ministre a aussi souligné les bienfaits de ce pacte pour faciliter la transmission d’entreprise (contrat de génération).


Autres actualités