Créer son entreprise en étant sans emploi


D’après les dernières statistiques, près d’un tiers des nouveaux chefs d’entreprise sont des demandeurs d’emploi. Comment ont-ils réussi leurs projets ? Éléments de réponse.

1 -Solliciter les aides de l’État

Pour un chômeur, créer son entreprise n’est plus une utopie. En effet, grâce aux dispositifs mis en place pour soutenir l’emploi (ACCRE et NACRE), il est désormais possible de créer ou de reprendre une entreprise en dehors de toutes contraintes économiques. L’ACCRE (Aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise) est un dispositif d’appui à l’initiative économique piloté par le ministère en charge de l’Emploi et destiné aux personnes sans activité professionnelle (chômeurs, salariés licenciés, jeunes, etc.). 

L’ACCRE permet aux créateurs ou repreneurs demandeurs d’emploi de profiter d’une exonération de cotisations sociales (dans la limite de 120 % du SMIC) pendant 1 an. Ce dispositif bénéficie à une large catégorie de personnes (demandeurs d’emploi indemnisés ou susceptibles de l'être, bénéficiaires du revenu de solidarité active, jeunes de 18 à 26 ans, etc.) et concerne la prise en charge de différentes prestations (assurance maladie, maternité, invalidité, prestations familiales, assurance vieillesse de base).

La demande d’exonération est appréciée sur la base de trois critères d’éligibilité : la catégorie administrative du demandeur, le contrôle de l’entreprise par le bénéficiaire, et son indépendance vis-à-vis du donneur d’ouvrage. 

Le dispositif NACCRE (Nouvel accompagnement pour la création et la reprise d’entreprise) consiste à la fois en un accompagnement de projet et en un prêt d'honneur. Il comprend deux types d’aide :

-          Une aide technique au montage du projet (accompagnement et conseil)

-          Un soutien financier (taux zéro et sans garantie) qui doit être couplé à un prêt bancaire. Fourchette de l’aide : 1 000 € à 10 000 €. Durée : 1 à 5 ans.

Le demandeur d'emploi peut également utiliser le reliquat de ses droits à l'assurance chômage. S'il perçoit l'ARE (Aide au Retour à l'Emploi) et est bénéficiaire de l'ACCRE, il peut demander le versement en capital de la moitié de ses droits restants à l'ARE.

2 – Recourir aux crédits solidaires

Des organismes de micro-finance accordent aux chômeurs des crédits à taux préférentiel pour le montage de leurs projets d’entreprise. La micro-finance s'adresse aux porteurs de petits projets exclus du système financier classique souvent parce qu'ils n'offrent pas les garanties de solvabilité demandées par les établissements financiers classiques. Les établissements de micro-finance interviennent dans l’octroi de crédit, la collecte de l’épargne et dans les garanties.


Autres actualités