Création d’entreprises : les jeunes sont de plus en plus démotivés.


Si près d'un jeune français sur deux indique vouloir créer un jour son entreprise, seulement un sur cent passerait du rêve à la réalité. En effet, d’après une récente étude d’Opinion Way, seulement 37 % des lycéens envisagent de créer ou de reprendre un jour une entreprise alors qu’ils étaient encore 45 % en 2009 à sauter le pas. Pourquoi ce désistement ?

Crise économique, peur de se lancer, peur du risque, manque de financement ou insuffisance de sensibilisation, tout cela constitue des barrières qui empêchent les jeunes de déployer leurs ailes.

Mises à part ces causes, la méconnaissance d’aide à la création d’entreprise et l’indifférence des banques constituent également des facteurs bloquants pour les jeunes. Seuls 13 % des lycéens et étudiants interrogés affirment avoir été informés de l’existence d’organismes d’aide à la création d’entreprise, mais la plupart d’entre eux ne leur font pas confiance.

De plus, malgré leurs promesses de faciliter le crédit, les banques ne tiennent pas parole selon une enquête de HCG-LCI.fr : « dans le cadre de l'ouverture d'un compte professionnel et d'une demande de prêt, 92 % des banques n'aideront pas les jeunes entrepreneurs. Ce chiffre accablant et alarmant est un juste reflet de l'état de crise dans lequel est plongé le secteur bancaire aujourd'hui ».

Quoiqu’il en soit, les jeunes sont convaincus de l’importance de l’entrepreneuriat. La pérennité des entreprises est certes moins importante pour ces dernières générations, cependant, elle reste honorable avec un taux de survie après trois ans d'existence de 59 % contre 68 % lorsque l'entrepreneur a dépassé 30 ans.

Remonter la fièvre entrepreneuriale chez les jeunes demeure un vrai parcours du combattant. Tant de soucis doivent encore être dénoués car pour créer une entreprise il faut d'abord de la volonté, des idées novatrices, des partenaires et du financement.


 


Autres actualités