APCE et entrepreneuriat en France


C’est à cette occasion que les participants ont présenté les résultats du sondage exclusif mené par l'Institut Think sur 2 thèmes bien distincts mais complémentaires : « Les Français et l'esprit d'entreprise » et « Les entrepreneurs français et leur accompagnement ». Cette étude se base sur l’estimation réalisée par l’Insee en janvier 2013 sur 51 millions de Français âgés de 18 ans et plus.

Plusieurs observations ont pu ainsi être faites sur l’état de l’entrepreneuriat en France et les initiatives pour stimuler l’entrepreneuriat en Europe : rapport Louis Gallois, mise en place de la BPI, adoption du mentorat, Assises de l’entrepreneuriat, plan de l’UE…

De cette étude statistique, on a pu conclure que 30 % des Français sont désireux de créer ou de reprendre un jour une entreprise, ce qui représente un vivier de 15 millions d'entrepreneurs potentiels. Ceci traduit donc la volonté des Français à entreprendre malgré la période de crise, avec des motivations et des objectifs précis : être entrepreneur indépendant pour 45 % d’entre eux, l’épanouissement pour 39 % et la quête du profit pour 32 % de la population interrogée.

Cette XXème édition du Salon des Entrepreneurs a permis de donner la parole aux Français à travers un sondage croisé avec la participation de dirigeants de TPE ou de PME.

En première partie, on a pu en conclure que près d’1 Français sur 3 souhaite créer un jour son entreprise, et2,5 millions ont même déjà préparé leur projet et envisagent de créer d'ici 2 ans. 5 % de cette tranche avouent avoir préparé leur projet et planifié ce dernier pour l’horizon 2014.  Ceci représente un vivier d’entrepreneurs potentiels à court terme confirmant ainsi la fertilité entrepreneuriale de l’Hexagone. Comparé aux 550 000 créations d'entreprises enregistrées chaque année courant 2011, ceci laisse présager un réservoir important de créations d’entreprises ou d’emplois. D’une manière générale, les chiffres du sondage traduisent que les Français sont ambitieux, motivés, car :

  • 1 Français sur 2 compte innover en créant de nouveaux produits, services, procédés de fabrication, marketing… soit 49 % de l’échantillon
  • 44 % de ces futurs créateurs d’entreprises envisagent une activité différente de leur métier actuel et prévoient de créer une société
  • 28 % choisissent la forme de l'auto entreprise
  • près de 2 sur 3 projettent d'embaucher au moins une personne dans les 3 ans
  • pour 44 % d’entre eux, le principal objectif en tant que chef d’entreprise sera de créer ou de développer une petite entreprise.

 

Si les Français expriment massivement leur envie de créer, ils ont surtout les idées claires sur leur futur projet ; sur 15 millions de jeunes Français ayant envie de créer ou reprendre un jour une entreprise :

-          33 % déclarent avoir déjà un projet précis en tête,

-          35 % envisagent de sauter le pas d’ici 2014.

On constate aussi que les sujets de moins de 35 ans sont nettement plus enthousiastes que leurs aînés à l’idée de créer ou de reprendre une entreprise : 30 % de l’ensemble des Français de moins de 35 ans déclarent envisager de créer ou de reprendre un jour une entreprise, et 51 % chez les 18-24 ans.

 

En deuxième partie, on a pu conclure que les réseaux d’aide à la création comptent parmi les interlocuteurs privilégiés des entrepreneurs français :

-          40 % des entrepreneurs français ont fait appel à un réseau d'accompagnement lors de la création, et 90 % d’entre eux en ont été satisfaits

-          39 % des dirigeants ont fait appel à ces réseaux d’appui lors du démarrage de leur activité et 88 % d’entre eux se disent satisfaits ;

-          38 % des entrepreneurs pensent que la période d'accompagnement idéale est après la création.

 

Malgré la forte demande de ces aides à la création (42 %), les chefs d’entreprise leur préfèrent les experts comptables. En matière d’accompagnement, les principales attentes des futurs entrepreneurs et des dirigeants sont par ailleurs des assistances aux formalités de création, dans le choix des statuts juridiques et financiers notamment.

Les futurs entrepreneurs souhaitent se faire accompagner lors du démarrage et du développement des activités, plus précisément : 23 % dans l’élaboration du business plan, 22 % dans le développement de leur activité et 17 % dans le lancement ou l’installation de leur activité.

L’Agence pour la création d’entreprises, principal promoteur de ce Salon, intervient dans le processus d'aide à la création, à la transmission et au développement des entreprises. Créée en 1996 à l’initiative des pouvoirs publics, elle s’occupe de la promotion de l’esprit d’entreprise sur le sol français, confère un appui technique aux responsables territoriaux et aux réseaux de la création d’entreprise et constitue un centre d’observatoire de la création d’entreprise.


Autres actualités