Activités : 2012, une année en stagnation


L'indicateur courant d'activité des PME marque ainsi un repli de 2 points et est au plus bas depuis fin 2009. Il décroît de 6 points par rapport à mai et de 27 points sur une année.

 

Les chefs d'entreprise chiffrent à - 0,3 % en moyenne annuelle la diminution de leur chiffre d'affaires en 2012, à rapprocher avec une augmentation de + 4,7 % en 2011.

Presque tous les secteurs sont atteints de contraction d'activité même s'il n'y en a pas eu de chute profonde comme ce qui s'était passé en 2009 mais un simple maintien voire un effritement du chiffre d'affaires en valeur nominale.

 

A cause de la dégradation du climat des affaires, l'évolution en moyenne annuelle est à peine positive. Dans les secteurs d'activité suivants, elle est inférieure à l'inflation ou tout simplement nulle :

  • + 0,8 % dans les services aux particuliers (contre + 2,3 % en 2011),
  • + 0,6 % dans le commerce de gros (contre + 5,8 % l'année précédente),
  • + 0,2 % dans le bâtiment (contre + 3,0 %),
  • 0 % dans l'industrie (contre + 7,5 %).

 

L'effondrement de l’activité n'a pas eu lieu mais la tendance est à la faible progression du chiffre d'affaires en 2012 dans ces secteurs. En revanche, les prévisions affichent un recul dans d'autres domaines :

  • - 0,3 % services aux entreprises (après + 4,8 % en 2011),
  • - 0,3 % transports (après + 6,3 %),
  • - 1,0 % travaux publics (après + 2,7 %),
  • - 1,2 % commerce de détail (contre + 1,3 %),
  • - 2,0 % tourisme (après + 2,1 %),
  • - 3,8 % commerce et réparation automobile (suite à - 1,0 %).

Les moyennes entreprises maintiennent un peu de croissance ; elles sont donc moins affectées par le déclin alors que l’activité des très petites entreprises (TPE) diminue nettement. D’après les estimations des chefs d’entreprise, l’évolution du chiffre d’affaires en 2012 se répartit comme suit:

  • - 2,2 % pour les TPE composées de 1 à 9 salariés (après + 2,0 % en 2011),
  • + 0,7 % pour les entreprises formées de 10 à 19 salariés (suite à + 5,8 %),
  • + 1,4 % pour les sociétés de 20 à 49 salariés (contre + 7,9 %),
  • + 2,2 % pour les établissements employant 50 à 99 salariés (après + 8,4 %),
  • + 2,8 % pour les grandes entreprises ayant 100 à 249 salariés (contre + 8,9 %).

 

Les entreprises qui exportent massivement conservent en toute exclusivité une croissance significative. Les PME « fortement exportatrices » prévoient une augmentation moyenne de + 3,9 % de leur chiffre d’affaires en 2012, contre + 0,9 % chez les « moyennement exportatrices ». A l’inverse, les « non exportatrices » affichent une baisse de - 1,0 %.

Au cours de l’année 2011, l’évolution était respectivement de + 8,7 %, + 6,9 % et + 3,9 %.

 

Les efforts d’innovation ont permis de maintenir une faible progression de l’activité. En effet, le caractère innovateur de certaines sociétés est un facteur de soutien de leurs affaires.

Les entreprises « innovantes » prévoient la progression de leur CA en 2012 + 1,3 %, après + 7,4 % en 2011. Quant aux « non innovantes », elles signalent un recul de - 1,1 %, contre une hausse de + 3,2 % l’année précédente.

 


Autres actualités