Vendre un commerce


1. Approcher le marché

1.2 Transmettre à des salariés

Mise à part la transmission familiale, le chef d’entreprise peut choisir de transmettre son affaire à ses salariés. Il peut considérer cette méthode comme la meilleure solution puisque les salariés connaissent bien l’environnement de l’entreprise et disposent des capacités nécessaires pour l’activité de l’entreprise. Il se préserve des risques de ne pas trouver un repreneur correspondant à ses attentes en choisissant un ou plusieurs salariés. Quant aux salariés, ils connaissent parfaitement l’entreprise et peuvent s’adapter facilement aux contraintes liées à la gestion de celle-ci. Par ailleurs, même si le dirigeant part à la retraite, les salariés peuvent préserver leur emploi. De plus, ils deviennent plus autonomes et peuvent occuper des postes de décideurs au sein de l’entreprise.

Pour faciliter la transmission et l’adaptation des salariés à leur nouvelle fonction, le dirigeant les accompagne durant quelques mois afin de les présenter aux clients et aux fournisseurs. Il les guide dans les tâches administratives à réaliser pour maintenir les activités de l’entreprise afin de garder un niveau de rentabilité suffisant pour garantir sa pérennité.

Avant d’entamer les procédures liées à la transmission, le dirigeant doit d’abord en parler à ses salariés. Avant d’envisager cette option, le chef d’entreprise doit être sûr de sa décision et doit tout faire pour que la transmission de l’affaire à ses salariés se fasse sans heurt. Après mûre réflexion, il doit essayer de se mettre à la place des salariés pour déterminer le moment idéal pour leur en parler.

Pour la transmission aux salariés, deux modes de reprise sont possibles. S’il n’y a qu’un salarié repreneur, le mode de reprise sera celui du candidat repreneur classique (acquisition du fonds de commerce ou des titres de la société). Dans ce cas, le cédant peut participer au capital pour conserver un lien avec l’entreprise. Il peut également choisir de partir définitivement. Si les repreneurs sont plusieurs, ils peuvent s’associer avec ou sans la participation de l’ancien dirigeant pour former une société. La reprise peut également se faire dans le cadre d’une société ouvrière de production. Les statuts spécifiques de ce type de société offrent plusieurs avantages sur le plan financier, fiscal et social.