Vendre un commerce


Etape 1 : Se préparer pour la vente

2- Avoir recours à des conseillers

Le processus de cession d’entreprise requiert des connaissances précises (juridiques, sociales…). Pour mener à bien le projet, le cédant doit avoir recours aux services de spécialistes pour le guider dans ce processus complexe.

Avant tout, il faut connaître le coût des prestations. Il est à noter qu’il vaut mieux payer les conseillers avant la réalisation des prestations. Il s’agit d’un investissement de sécurité pour éviter les mauvaises surprises vu que le montant est généralement plus onéreux après la réalisation des prestations. Avant d’engager quelqu’un, il est important d’établir un devis par les conseillers potentiels. Le cédant peut faire une comparaison des services fournis et des coûts proposés.

En ce qui concerne les tarifs, le coût est variable en fonction des conseillers hormis quelques actes réglementés. Les tarifs sont plus élevés à Paris à cause du coût de la vie et de l’envergure des opérations effectuées. Si les interventions dépassent un certain nombre d’heures, les prestations sont payées en forfait. A titre d’exemple, les services d’un expert-comptable travaillant sur Paris coûtent généralement entre 100 € et 350 € hors taxe par heure. En province, le prix hors taxe est de 50 € à 300 € par heure. Pour un notaire sur Paris, le prix est de 200 € à 350 € par heure. En province, le prix varie entre 150 € et 300 € par heure. Pour un avocat travaillant à Paris, le prix est de 200 € à 500 € par heure, et de 150 € à 300 € par heure en province. Cependant, les prix proposés peuvent sortir de ces fourchettes, selon la situation et les services demandés.

Un bon conseiller est défini comme étant une personne capable de proposer des conseils en accord avec les besoins du cédant. Il dispose d’une parfaite maîtrise des objectifs liés à la cession et des moyens pour les atteindre. Pour affiner la décision sur le conseiller à choisir, le cédant doit tenir compte de quelques éléments de réflexion : besoin de compréhension de la situation et des objectifs par l’éventuel conseiller, lettre de mission en accord avec les besoins du cédant, expérience du spécialiste dans des opérations similaires et tarifs convenables, cohérents avec les intérêts du cédant. Lors de la conclusion d’un accord avec un conseiller, ce dernier doit présenter une lettre de mission que le cédant doit signer. Cette lettre doit contenir les informations suivantes : objectif et description de la mission, échéance des opérations, obligations des signataires, rémunération du conseiller et traitement des différentes situations relatives à la mission (rupture et litiges, reconduction…).