Acheter un commerce


1.10. Reprendre l’affaire familiale

Les difficultés liées à ce type de reprise

La succession d’une entreprise familiale requiert une préparation longue et minutieuse pour minimiser les problèmes liés à sa reprise.

Les difficultés rencontrées se retrouvent fréquemment au niveau psychologique des entités qui la composent : personnalités du cédant et du repreneur, désengagement du cédant, motivation du repreneur, adaptation à la nouvelle direction par les salariés et les partenaires de l'entreprise…

 À titre de rappel, il est utile de savoir que :
- La transmission d'une entreprise est une délégation de pouvoir et de propriété. Autrement dit, reprendre une entreprise, c’est s’attribuer un certain pouvoir et recevoir un droit de propriété. Pourtant, parmi les héritiers, certains détiennent une partie du capital mais sont réticents à exercer ce pouvoir. De cette situation peuvent découler des conflits d’intérêts puisque les objectifs de chacun des successeurs peuvent différer : soit procéder à des investissements dans l'entreprise soit percevoir les dividendes en tant qu’héritiers.

 - Le poids de l'héritage familial peut sembler lourd à cause des obligations qui incombent au successeur repreneur, notamment :

- pérenniser l'entreprise familiale et surtout la faire fructifier ;

- ne pas annihiler le travail de toute une vie mais continuer l'œuvre de la génération précédente ;

- ne surtout pas décevoir.

Les pressions dues aux obligations de résultats vis-à-vis de la famille, des salariés et des partenaires sont dans ce cas énormes.

 - La passation des pouvoirs peut présenter des difficultés. Le repreneur doit s'imposer en tant que « dirigeant » et gagner la confiance des salariés, des clients et des autres partenaires de l'entreprise (fournisseurs, banques, etc.). Toutefois, la tendance des plus anciens est souvent de mettre en doute les compétences du nouveau « patron » en matière de gestion ou de management surtout si sa décision modifie les méthodes et les habitudes de travail. Il arrive donc que certains repreneurs aient à prouver leurs capacités managériales pour prendre la direction de l’entreprise familiale dans de bonnes conditions. Ils doivent gérer cette transition avec tact.

 - Pour certaines entreprises, l'impulsion du dirigeant est facteur de développement et d’expansion. La génération qui prend la relève peut ne pas réussir à allier héritage et créativité pour favoriser son essor, voire aboutir à son internationalisation. En conséquence, certaines entreprises auront à renoncer à leur indépendance et à ouvrir leur capital à des capitaux extérieurs pour soutenir leur croissance.

 - Une des difficultés fréquentes réside dans la capacité du cédant, fondateur de l’entreprise, à confier l’entière responsabilité de l’affaire à son ou ses enfant(s). Il éprouve des difficultés à rompre les liens qu’il a entretenus avec le monde de l’entreprise qu’il a créée pour se consacrer à la formation de son successeur. Il a encore une certaine tendance à contrôler et dominer au lieu d’accorder à son successeur une marge croissante d’autonomie.

Contacter PIC Inter

Les champs marqués (*) sont obligatoires