Acheter un commerce


Étape 2 : Trouver une entreprise

Le marché de la reprise

• Le marché de la reprise reste limité pour l’acquisition d’une PME.

La supposition de cession de 700 000 entreprises dans les prochaines décennies est soumise à certaines limites :
- La transmission de certaines d’entre elles ira à un successeur « naturel », connu du chef d'entreprise (un enfant, une relation professionnelle, un salarié, une autre entreprise, etc.).

- La reprise ne concerne pas forcément toutes les entreprises ayant un dirigeant sur le point de partir en retraite. La liaison « dirigeant – entreprise » peut être tellement forte que la transmission n’est guère envisageable. D'autres sociétés sont devenues vétustes à cause de carnets de commandes affaiblis, d’investissements non renouvelés, de personnel qualifié en instance de départ ou déjà parti…
Selon l’avis de certains experts, la valeur marchande de ces entreprises serait ainsi diminuée de moitié.

- La cession concerne majoritairement les très petites entreprises (TPE) comptant moins de 2 salariés.
Au 1er janvier 2009, 89 % des entreprises françaises employaient moins de 6 salariés. Les estimations portent de 1 500 à environ 5 000 le nombre annuel d'entreprises à céder de plus de 5 salariés. Cette catégorie suscite l’intérêt de nombreux repreneurs disposant d’un capital important, particulièrement des ex-cadres de haut niveau ayant exercé dans de grandes entreprises ou de grosses PME. Les changements de vie trop importants ou l'acquisition de compétences métier freinent la reprise des TPE.

• L’accès au marché de la reprise est par ailleurs difficile.

- Le principe de confidentialité recherché par le cédant est la première cause de cette difficulté d'accès. Pour ne pas fragiliser l'entreprise, il filtre les informations sur son projet de cession, notamment vis-à-vis de sa banque, de ses collaborateurs ou de ses clients.

- Les entreprises à potentiel de développement restent souvent des projets de cession en latence puisque le dirigeant ne dispose pas de suffisamment de temps pour réfléchir à la transmission.

- La réticence des entrepreneurs à l'idée de passer la main fait que la transmission de leur entreprise n’est pas suffisamment préparée à l'avance.

- À part le marché des petites entreprises commerciales et artisanales, il n'existe pas d’organisation favorisant la rencontre entre cédant et repreneur.

- Le marché de la reprise recèle un déséquilibre géographique. En effet, les repreneurs viennent en majeure partie des grandes villes, alors que bon nombre de fonds de commerce à céder sont localisés en zone rurale. Les offres de reprise ne leur correspondent pas.

Sources d'information sur le marché de la reprise

Il faut être prudent avec les chiffres sur la reprise d'entreprise puisque ce type de marché manque de transparence à cause du principe de confidentialité. Un travail de recoupement permet de vérifier si les renseignements qui vous ont été donnés ou que vous avez collectés correspondent bien au profil d'entreprises qui vous intéresse en tant que repreneur. Il vous suffit de répondre aux questions du type « s'agit-il de PME/PMI, de TPE de services, de commerces de détail, d'activités artisanales ? ».

Pour rentrer dans le sujet
L’étude de marché de la reprise d’entreprise consiste à rassembler le maximum d’informations sur le secteur d’activité qui intéresse le repreneur, mais il faut savoir les identifier. Les sources et les thèmes suivants aident à cerner les spécificités du sujet :

- Insee, enquêtes Sirene ;

- La reprise : des modalités différenciées selon le type de reprise et la taille des entreprises reprises, APCE, mars 2006 ;

- Le marché de la reprise : quel flux de repreneurs et de cédants ? Quels types de repreneurs et d'intervenants ? Quelle intermédiation ?;

- Enquête nationale sur la transmission, ACFCI et CCI Entreprendre, surwww.cci.fr.

Pour les PME/PMI, consultez les sites internet suivants, notamment les rubriques :

- La transmission des petites et moyennes entreprises, OSEO Bdpme sur www.oseo.fr;

- L'observatoire CRA de la transmission d'entreprise (allez à la page « actualité » de leur site et lisez attentivement la note diffusée annuellement) ;

- Résultats de l'enquête consulaire sur l'âge des dirigeants d'entreprise, sur www.cci.fr.

Pour les artisans
Les repreneurs peuvent se référer aux études menées par l’Insee intitulées :

- Les entreprises artisanales, Insee panel Sine 2002 - traitement APCE.

Éclairage des enjeux
La réussite du projet de reprise repose en grande partie sur une bonne compréhension des différentes étapes à franchir et des enjeux qu’elles impliquent. Consultez les thèmes ci-dessous pour avoir une vision plus claire des enjeux de la reprise :

- De la création d'entreprises à la création d'emplois, APCE, 2006 ;

- Création pures et reprises en 2002, Insee panel Sine 2002 - traitement APCE ;

- « 50 questions clés », observatoire de la création, www.apce.com.

Contacter PIC Inter

Les champs marqués (*) sont obligatoires