Acheter un commerce


Etape 1 : Se préparer à l’enjeu

1.8. Vérifier la cohérence

Cohérence au niveau du montage financier

La cohérence entre ambitions et moyens doit être particulièrement étudiée si le repreneur veut agir sans dépendre d’un partenaire financier. Ce désir d’indépendance l’amènera à réviser :
- la taille de l'entreprise cible,
- le niveau de rémunération qu’il veut,
- la valeur de l'entreprise,
- les moyens dont il dispose.

La cohérence entre le travail réalisé et sa valeur ajoutée détermine le salaire du dirigeant. Une fois cette rémunération prise en compte dans le résultat de l’entreprise, le remboursement d’une dette d’acquisition d’un montant précis est alors possible. Cette somme est calculée en considérant une durée de remboursement maximale de 7 ans à des taux de marché. Le niveau de résultat détermine le prix, d’où l’engagement financier du repreneur sollicité par la banque.

Exemple de projet cohérent :

Une entreprise :
Chiffre d'affaires (CA) = 1 000 000 €
Excédent brut d'exploitation (EBE) = 75 000 €
Résultat net (RN) = 50 000 € (après rémunération du dirigeant)
Valorisation : 300 000 € (environ 4 fois l'EBE, 6 fois les résultats, voir les Méthodes de valorisation)

Capacité de prélèvement annuelle = 70% (RN) = 35 000 €
Capacité d'endettement en résultant = 200 000 € (soit une annuité de 35 000 € pour un emprunt sur 7 ans au taux de 5%)

Financement : Fonds propres = 100 000 €
Emprunt = 200 000 €

La tendance des repreneurs est de sur-dimensionner leur projet sans disposer des moyens requis.
Les plus avisés se contentent seulement d'acheter des entreprises de petite taille d’abord. Ils développent leur affaire et procèdent ultérieurement à l'achat d'une seconde entreprise, voire à la cession "rebond" de leur première acquisition.

Cohérence au niveau du type d'entreprise convoitée

Les professionnels de la reprise considèrent la cohérence comme un critère essentiel d’appréciation.
Cette cohérence exige des correspondances entre :
- l'expérience professionnelle du repreneur, les réseaux de connaissance qu'il peut mobiliser,
- le secteur dans lequel il se propose de rechercher,
- le type de gestion des ressources humaines projetée (taille des effectifs, niveau de formation, âge moyen, etc.).

Pour deux partenaires au projet de reprise, il est impératif d’avoir la même vision sur l’opération envisagée et de se compléter.

La cohérence pour un projet de reprise (tableau récapitulatif)

Critères

Liens avec les autres critères

Commentaires

Niveau de rémunération souhaitée

- valeur de l'entreprise

- taille

- entreprise saine

- capacité d'investissement du repreneur

- niveau d'indépendance

La taille et la valeur de l'entreprise seront importantes au cas où la rémunération souhaitée est élevée.

Les disponibilités devront être plus conséquentes sinon il faudra accepter des partenaires financiers.

Savoir-faire complémentaire recherché dans l'entreprise cible

- taille de l'entreprise

- valeur

- capacité d'investissement du repreneur

Le savoir-faire à trouver dans l'entreprise dépend de la structure de direction et de la taille d'entreprise plutôt moyenne.

Intérêt pour la recherche ou le développement commercial

- taille de l'entreprise

- entreprise saine avec une clientèle

- valeur de l'entreprise

- capacité d'investissement du repreneur

Innover, délocaliser, exporter imposent des investissements à répartir sur un volume d'activité ou une marge suffisante, donc une entreprise plutôt importante, saine et bien structurée, donc d'un prix élevé.

Intérêt pour une entreprise en difficulté

- apport d'activité par le repreneur

- connaissance du secteur et des fournisseurs

- état de l'entreprise

Le délai d'apprentissage du métier sera court et la connaissance intime du secteur s’avère décisive pour donner confiance.

Capacité d'investissement du repreneur

- taille de l'entreprise

- profil d'expérience du repreneur

Une compétence plus importante vient compenser la faiblesse des fonds affectés au projet. L'entreprise doit disposer des potentialités exploitables à court terme par le repreneur et nécessitant peu d'investissements.

L’ensemble de ces critères donne une vision globale de la cohérence « homme/projet ».
Trop d’écart et d’incompatibilités conduisent à remettre en cause le projet et à pouvoir :
- le modifier et éliminer ainsi tout facteur de fragilité,
- le différer en cherchant une formation supplémentaire ou en se confrontant à d’autres expériences,
- l’abandonner : les professionnels de la reprise accorderont une plus grande confiance au repreneur capable de faire ce choix à bon escient.

À l’inverse, un projet reste cohérent si toutes ses répercussions et implications ont été bien étudiées par le repreneur. Il apportera les solutions idoines pour pallier à l’imperfection et aux faiblesses dudit projet.
Il est à noter que bien souvent le repreneur sous-estime les conséquences financières et familiales de son projet.

Contacter PIC Inter

Les champs marqués (*) sont obligatoires