Acheter un commerce


VI. Le montage financier

Plan de financement initial PME

Le plan de financement initial PME recense les éléments du coût global de la reprise ainsi que les sources de financement nécessaires afin de boucler l’opération. Il comprend deux grandes catégories de données : les besoins durables et les ressources durables.

1 – Besoins durables

Les besoins durables comprennent les frais d’établissement, le budget des investissements, le besoin en fonds de roulement et le remboursement de compte-courant d’associé.

Les frais d’établissement correspondent aux frais engagés pour l’exécution du plan de reprise. Ces frais sont constitués des droits d’enregistrement au registre du commerce et des sociétés, des frais d’actes, des droits fiscaux, etc. A titre d’indication, les frais d’établissement sont portés au bilan d’une société en tant qu’immobilisation incorporelle.

Le budget des investissements représente, dans le cadre d’une reprise, les investissements « nouveaux » auxquels l’acquéreur doit faire face pour dynamiser l’activité de son entreprise. Dès lors, ce budget est destiné à l’achat de petits équipements ou d’outillage, à la réalisation de petits travaux, lesquels pourraient constituer un besoin de financement important.

Le besoin en fonds de roulement (BFR) doit faire l’objet d’une attention particulière. En effet, seul l’accroissement du BFR existant est pris en compte en tant que besoin durable. A contrario, si une diminution du BFR est prévue, il faudra l’enregistrer dans les ressources durables du plan de financement, ce qui reste assez rare.

Le remboursement de compte-courant d’associé correspond aux fonds à restituer au cédant.

2 – Ressources durables

Les ressources durables comprennent : l’augmentation de capital, les apports en compte courant d’associé, les primes ou subventions, la cession d’actifs, les nouveaux emprunts à long ou moyen terme. Les ressources durables représentent la somme des finances disponibles pour couvrir les charges de l’entreprise. Parmi ces ressources, on distingue les apports personnels des différents associés (capital social, comptes courants d’associés) et les apports en compléments (subvention, primes, emprunts à moyen et long terme).

Comme toute opération comptable, la mise en œuvre d’un plan initial PME doit obéir à des règles strictes. Si les besoins durables sont supérieurs aux ressources durables, il faudra combler cette différence par un apport externe afin d’obtenir l’équilibre. Pour ce faire, le repreneur peut recourir au financement bancaire, aux prêts d’honneur ou au crédit-bail afin de financer une partie des investissements.

Enfin, sachez qu’un plan de financement initial reste le meilleur indicateur de viabilité d’un projet de reprise.

Contacter PIC Inter

Les champs marqués (*) sont obligatoires