Acheter un commerce


Synthèse

VI. Le montage financier

Le montage financier est un élément important du projet de reprise d’entreprise. C’est un processus long et itératif qui a pour but de déterminer le volume des ressources utiles pour réaliser le projet et vérifier sa viabilité.

Procéder au montage financier nécessite de faire la navette entre le plan de financement d’acquisition, le compte de résultat prévisionnel et le plan de financement prévisionnel. Dans un premier temps, le repreneur doit décrire ce qui a été convenu avec le cédant, notamment le prix de la cession, ses fonds propres, ses capacités de remboursement et le coût de son plan de développement. Par la suite, il (repreneur) devra s’assurer que l’entreprise ne le mettra pas en situation de « faillite personnelle » en établissant un plan de financement personnel au plan de financement prévisionnel.

Le plan de financement personnel

S’assurer que le repreneur dispose des moyens financiers au rachat de l’entreprise et vérifier qu’il sera en mesure d’équilibrer son budget au titre de sa vie privée, telles sont les données qui seront organisées dans le plan de financement personnel.

 

 

Au moment de l’acquisition

Année 1

Année 2

Année 3

Besoins

Fonds propres investis par le repreneur dans son projet

Remboursement de prêts personnels antérieurs (maison, voiture, etc.)

Remboursement des prêts d’honneur

Frais courants de ménage

Scolarité, pensions

Impôt sur le revenu (IRPP)

 

 

Ressources

Prélèvement sur patrimoine personnel

Love Money

Prêts d’honneur

Salaire versé par l’entreprise ou prélèvement (entreprise individuelle)

Pensions

Prélèvements sur patrimoine personnel

 

 

Solde

 

 

 

 

Les fonds propres, qui étaient une ressource dans le plan de financement de l’entreprise, deviennent un besoin dans le plan de financement personnel. Les frais courants de ménage représentent le montant du revenu vital nécessaire dont a besoin le repreneur pour sa famille.

L'impôt sur le revenu, calculé sur la base des revenus prévisionnels du repreneur et de la composition de sa famille, correspond à l'IRPP qu'il devra payer chaque année. Cette somme viendra naturellement en déduction des revenus disponibles.

 

Plan de financement initial TPE

La reprise d’une entreprise nécessite de déterminer non seulement le prix de la cession, mais aussi les frais nécessaires à la mise en œuvre de ses options stratégiques. Le plan de financement initial prend en considération l’ensemble des éléments du coût global de rachat ainsi que les sources de financement utiles à celui-ci.

Selon le statut de l’entreprise, le contenu du plan de financement initial est différent :

-          Pour une entreprise individuelle, seuls les actifs de l’entreprise sont rachetés. Le repreneur doit créer à cet effet une nouvelle entité juridique

-          Pour un fonds de commerce ou un fonds artisanal exploité en société (par exemple en SARL), la transaction porte sur les titres de l'entreprise et non uniquement sur tout ou partie de ses actifs. Le plan de financement devra donc intégrer toutes les incidences financières qu'engendre le changement de propriétaire.

Plan de financement initial pour la reprise d’une entreprise individuelle

Besoins durables

Ressources durables

Ø  Frais d’établissement : droit d’enregistrement, honoraires, taxations

Ø  Coût d’achat du fonds de commerce : matériel (outillage, équipements, etc.)

Ø  Coût d’achat du stock

Ø  Nouveaux investissements : petits travaux, matériels complémentaires, outillage, etc.

Ø  Besoin en fonds de roulement : calculé à partir du BFR ancien de l’entreprise.

Ø  Apport personnel du repreneur : au moins 30 % des besoins.

Ø  Subventions 

Ø  Cession de certains actifs

Ø  Crédit-vendeur

Ø  Emprunts à terme : permettent d’équilibrer besoins et ressources durables

Plan de financement initial pour la reprise d’une société

Besoins durables

Ressources durables

Ø  Frais d’établissement

Ø  Comptes courants d’associés

Ø  Besoin en fonds de roulement (BFR)

Ø  Rachat des titres

Ø  Complément d’autofinancement apporté en compte courant d’associé

L'accroissement du BFR sera la conséquence du développement prévu de l'activité.
De plus, si le diagnostic a mis en évidence une faiblesse dans la structure financière de l'entreprise, le repreneur devra prévoir dans cette rubrique un accroissement correspondant à l'augmentation souhaitée du fonds de roulement.

Plan de financement initial PME

Le plan de financement initial PME recense les éléments du coût global de la reprise ainsi que les sources de financement nécessaires afin de boucler l’opération. Il comprend deux grandes catégories de données : les besoins durables et les ressources durables.

1 – Besoins durables

Les besoins durables comprennent les frais d’établissement, le budget des investissements, le besoin en fonds de roulement et le remboursement de compte-courant d’associé.

Les frais d’établissement correspondent aux frais engagés pour l’exécution du plan de reprise. Ces frais sont constitués des droits d’enregistrement au registre du commerce et des sociétés, des frais d’actes, des droits fiscaux, etc. A titre d’indication, les frais d’établissement sont portés au bilan d’une société en tant qu’immobilisation incorporelle.

Le budget des investissements représente, dans le cadre d’une reprise, les investissements « nouveaux » auxquels l’acquéreur doit faire face pour dynamiser l’activité de son entreprise. Dès lors, ce budget est destiné à l’achat de petits équipements ou d’outillage, à la réalisation de petits travaux, lesquels pourraient constituer un besoin de financement important.

Le besoin en fonds de roulement (BFR) doit faire l’objet d’une attention particulière. En effet, seul l’accroissement du BFR existant est pris en compte en tant que besoin durable. A contrario, si une diminution du BFR est prévue, il faudra l’enregistrer dans les ressources durables du plan de financement, ce qui reste assez rare.

Le remboursement de compte-courant d’associé correspond aux fonds à restituer au cédant.

2 – Ressources durables

Les ressources durables comprennent : l’augmentation de capital, les apports en compte courant d’associé, les primes ou subventions, la cession d’actifs, les nouveaux emprunts à long ou moyen terme. Les ressources durables représentent la somme des finances disponibles pour couvrir les charges de l’entreprise. Parmi ces ressources, on distingue les apports personnels des différents associés (capital social, comptes courants d’associés) et les apports en compléments (subvention, primes, emprunts à moyen et long terme).

Comme toute opération comptable, la mise en œuvre d’un plan initial PME doit obéir à des règles strictes. Si les besoins durables sont supérieurs aux ressources durables, il faudra combler cette différence par un apport externe afin d’obtenir l’équilibre. Pour ce faire, le repreneur peut recourir au financement bancaire, aux prêts d’honneur ou au crédit-bail afin de financer une partie des investissements.

Enfin, sachez qu’un plan de financement initial reste le meilleur indicateur de viabilité d’un projet de reprise.

Plan de financement personnel

Le plan de financement personnel prévoit les moyens de financement de la reprise ainsi que les ressources dont dispose le repreneur pour subsister. La durée de réalisation de ce plan doit correspondre à celle du plan de financement de l’entreprise (3 ans) afin que le repreneur puisse équilibrer son budget au titre de sa vie privée.

Contenu du plan

Le plan de financement personnel regroupe deux grandes catégories de données : les besoins et les ressources.

Détails des postes

TPE

PME

Ø  Apport personnel

Besoin

Besoin

Ø  Remboursement d’emprunts personnels

Besoin

Besoin

Ø  Autres obligations pécuniaires

Besoin

Besoin

Ø  Budget du ménage

Besoin

Besoin

Ø  Impôt sur le revenu (IRPP)

Besoin

Besoin

Ø  Revenus du repreneur

Ressource

Ressource

Ø  Autres revenus personnels

Ressource

Ressource

Ø  Epargne disponible

Ressource

Ressource

Ø  Emprunt à titre personnel

Ressource

Ressource

 

Contacter PIC Inter

Les champs marqués (*) sont obligatoires