Acheter un commerce


Etape 1 : Se préparer à l’enjeu

1-1 Définir son projet personnel

Reprendre une entreprise, quelle que soit sa taille, est une décision de très haute importance. Ainsi, les répercussions d’un tel projet affectent la vie personnelle et professionnelle des entités qui la composent. Une reprise nécessite au préalable tout un travail d’introspection, de réflexion ainsi que d’anticipation. Il faut toujours analyser les impacts tant positifs que négatifs d’une telle décision qui demande un fort engagement personnel en permanence.

Pour avoir une approche réaliste de son projet, le repreneur doit comprendre les raisons personnelles qui le poussent à acquérir une société. Cette introspection lui permet d’identifier aussi bien ses points forts que ses faiblesses qu’il tentera de pallier soit en suivant les formations adéquates – celles consacrées à la reprise d’entreprise –, soit en embauchant des professionnels compétents dans le domaine concerné. Sa capacité à investir est aussi sujet à réflexion puisqu’il doit y mettre de ses avoirs pour démarrer son projet. Cet apport personnel est nécessaire dans le cas d’une reprise. Il doit ensuite collecter le maximum d’informations sur le marché de l’acquisition d’entreprises et, par un travail de recoupement, déceler les indices qui lui feront gagner du temps dans la sélection du type d’entreprise qui répond le mieux à ses aspirations et critères.

Ces 2 étapes s’avèrent cruciales dans le processus de reprise : la définition du projet personnel d’acquisition d’entreprise et le type d’entreprise qui convient à ce projet. Lorsque l’acquéreur a une vision claire et précise de ce qu’il veut entreprendre et des raisons qui le poussent à le faire, il lui est plus facile de cibler l’entreprise à reprendre et de franchir avec succès les différentes étapes de la transaction. Il doit y avoir une cohérence entre ses motivations, ses objectifs et le type d’entreprise qu’il cible et pour laquelle il voudra négocier plus tard.
C’est au cours de cette phase de préparation qu’il faudra évaluer toutes les conséquences de cette décision de reprise et parer à toutes les éventualités.

Cibler un type d’entreprise à reprendre

Le repreneur établit des critères précis pour déceler facilement l’entreprise qui correspond le mieux à ses aspirations. La localisation de l’entreprise, son champ d’activité, ses potentialités, sa taille, la fourchette de prix de cession et les modalités de la reprise sont autant d’éléments à prendre en compte.

La meilleure solution, c’est de choisir une entreprise que le candidat à la reprise connaît bien ou qui présente déjà des potentialités tangibles. Dans cette optique, quatre cas – offrant tous des avantages et des inconvénients qui leur sont propres – peuvent alors être envisagés.

- Reprendre l’affaire familiale : une bonne entente familiale et la considération de la sauvegarde de l’entreprise familiale comme priorité sont la base de ce cas de reprise. Le risque est minime pour ce type de reprise quand les conditions requises sont bien remplies.

- Reprendre l’entreprise de son patron : la bonne connaissance des pratiques de l’entreprise et l’éventuel soutien de son patron permet au candidat à la reprise d’opter pour ce choix. Par ailleurs, la loi prévoit des avantages fiscaux pour ce type de reprise.

- Reprendre une entreprise en difficulté : elle n’est bénéfique qu’à certaines conditions : que le repreneur soit un manager compétent et qu’il dispose du fonds de financement requis pour redresser l’entreprise et pour relancer ses activités économiques.

- Reprendre une entreprise grâce au LBO (LeveragedBuy-Out) ou au MBI (Management Buy In) : même s’il ne dispose pas des moyens financiers requis, le repreneur adopte cette option en se basant principalement sur son expérience professionnelle. Il reprend la société parce qu’il connaît bien le secteur d’activité ou qu’il en était membre de la direction. Pour ce faire, il s’engage auprès de partenaires financiers qu’il intègre ensuite au capital d'une société holding créée pour acquérir l'entreprise cible. Cette situation l’amènera au partage du pouvoir de décision en ce qui concerne les points stratégiques pour le bon fonctionnement de l'entreprise comme les investissements, le budget…
Au bout de 4 à 5 ans, le repreneur aura le choix entre revendre l’entreprise et, de ce fait, céder à toutes ses fonctions, ou s’engager pour un second mandat auprès de nouveaux partenaires, qu’ils soient financiers ou industriels. La réussite de ce type d’acquisition peut aboutir à la création d’un important patrimoine.

Pourquoi reprendre ?

Pour le repreneur, il est capital de connaître les vraies raisons qui l’amènent à entreprendre son projet. Ses comportements vis-à-vis de ses différents interlocuteurs et dans les situations auxquelles il sera confronté seront régis par les motivations et les objectifs qu’il s’est fixés.
L’issu des négociations auprès des entités concernées par le projet dépend de la précision avec laquelle il a défini les différents aspects de son dessein. Entreprendre avec une structure déjà en place, développer une affaire existante et rentabiliser un savoir-faire acquis motivent plus particulièrement les candidats à la reprise.

Le facteur humain joue un rôle clé dans le projet de reprise d’entreprise et la motivation, la personnalité, les compétences et les expériences du repreneur sont des éléments déterminants pour sa réussite. Que cette reprise soit viable et pérenne, tel est l’objectif de cette approche. Autrement dit, c’est tout un mode de vie qui doit ressortir de cette décision d’acquisition. La réussite du projet dépend de la cohérence entre le type d’entreprise que l’acquéreur choisit et ses objectifs personnels, ses contraintes familiales.

En tant que processus, la reprise requiert une vision claire et nette des aboutissants du projet. Une définition concise dudit projet permet de couvrir l’ensemble des aspects d’une reprise d’entreprise. Pour ce faire, il faut se poser des questions simples qui justement résolvent la problématique du projet.

La question primordiale est : « pourquoi reprendre ? ». Toutes les autres comme « quels sont mes objectifs personnels ? Quels sont mes atouts pour un tel projet ? Quelles sont mes obligations personnelles ? Est-ce qu’elles sont cohérentes avec le projet de reprise ? » Viennent conforter le bien fondé des motivations réelles du repreneur. Quand les motivations sont bien claires, les objectifs sont alors plus faciles à définir. Le candidat peut reprendre une société afin de la développer et de la pérenniser ou, à l’inverse, reprendre une entreprise dans le but de la revendre rapidement et s’atteler à d’autres projets avec la plus-value réalisée.

Atouts et contraintes sur le chemin de la reprise

Les atouts

Disposer d’un savoir-faire et d’un savoir-être

Convaincre qu’il est le dirigeant qu’il faut et prouver qu’il est à la hauteur de toutes les tâches qui lui incombent doivent être les qualités primordiales du repreneur. Celui qui a déjà occupé des postes à haute responsabilité dispose des compétences requises pour mener à bien la gestion de l’entreprise à reprendre (capacité de prise de décision, sens de l’analyse des situations et esprit de synthèse, aptitude à inspirer confiance et à animer des équipes…).

Il doit démontrer ses compétences et faire preuve de force de caractère face à toutes les situations qu’engendre cette reprise dans la vie de l’entreprise. Il doit gérer efficacement toutes les étapes de la transition.

Avoir de l’expérience

Le repreneur doit remettre à jour ses compétences par une formation complémentaire ou en apprenant auprès de personnes qui disposent déjà de celles-ci. Une fois que le repreneur est conscient de ses lacunes, l’expérience permet de le conforter dans la vie professionnelle.

Les contraintes

La reprise d’une entreprise soumet le projet du repreneur à certaines contraintes qui nécessitent un examen préalable et approfondi. Il faut vérifier si ces obligations sont compatibles avec les changements qu’occasionne cette décision.

Sa situation actuelle permet-elle au repreneur d’étudier suffisamment son projet et de procéder à toutes les préparations requises, qu’elles soient financières ou autres (prospection de terrain, étude de marché, consultation des financeurs potentiels…) ? Il devra en trouver les solutions idoines.

A-t-il le soutien de sa famille, de ses proches, dans ce projet de reprise ? En effet, le soutien de l’entourage immédiat du repreneur joue un rôle non négligeable dans l’accomplissement de certaines tâches. D’autres questions importantes sont à anticiper : les éventuels changements de cadre et de conditions de vie seront-ils supportables pour tous les membres de la famille ? Quels seront les impacts sur la santé même du repreneur ?

Toutes ces contraintes sont à envisager avant la prise de décision définitive : opter pour la création d’une entreprise ou choisir tout simplement la reprise.

Contacter PIC Inter

Les champs marqués (*) sont obligatoires