Acheter un commerce


Etape 3 : Diagnostics et évaluation de l’entreprise

2. La méthode patrimoniale

En utilisant la méthode patrimoniale pour réaliser l’évaluation d’une entreprise, il importe d’utiliser d’autres approches complémentaires pour trouver le juste prix durant la négociation.

• Présentation

La méthode patrimoniale consiste à évaluer les actifs de l’entreprise et à calculer la valeur de ses dettes afin de déterminer la situation nette ou l’actif net comptable. Il est à noter que seule la valeur historique des biens de l’entreprise (argent utilisé pour l’acquisition des biens qui ont été amortis) est inscrite dans le bilan de l’entreprise. De ce fait, le repreneur est tenu d’apporter des corrections et des ajustements. Dans la plupart des cas, les corrections suivantes sont effectuées :

-          Réévaluation : cette opération doit se porter sur les biens qui ont perdu ou ont pris de la valeur tels que le fonds commercial, les stocks, l’immobilier ou les terrains

-          Réintégration d’actifs réglés en crédit-bail

-          Intégration de passifs absents du bilan (concerne surtout le passif social soit l’argent associé au départ en retraite des salariés)

-          Intégration des passifs de liquidation (règlement des frais, indemnisation des salariés…)

-          Suppression de non-valeurs : cela concerne les éléments de l’entreprise n’ayant aucune valeur économique surtout aux yeux du repreneur (marques, aménagements…)

• Les avantages et inconvénients de la méthode patrimoniale

Avantages

Inconvénients

-          Dans certains cas, les résultats obtenus après les calculs nécessaires dans cette méthode représentent une valeur approximative de la valeur économique de l’entreprise

 

-          Ces calculs permettent aussi de connaître la valeur de remplacement (montant à dépenser par le repreneur pour la reconstitution de l’entreprise et de ses actifs) ou la valeur de liquidation (montant obtenu par le cédant à la suite de la cessation d’activité et la cession au détail des actifs) de l’entreprise.

-          Cette méthode ne permet pas de se faire une idée du potentiel économique futur de l’entreprise.

Dans quel cas le recours à la méthode patrimoniale est-il recommandé ?

La méthode patrimoniale peut être utilisée pour faire l’évaluation d’une entreprise artisanale employant quelques salariés et dont le matériel ainsi que l’outillage sont utilisables. En outre, cette entreprise doit permettre au cédant de bénéficier d’une rémunération correcte, en accord avec ses responsabilités. Enfin, l’entreprise doit produire régulièrement des bénéfices, distribués ou prélevés.

Dans cette situation, la méthode patrimoniale permet d’obtenir une valeur minimale de l’entreprise à laquelle il faut ajouter la valeur de la clientèle. Lors de la négociation, le repreneur peut exposer au cédant ses difficultés à rassembler une clientèle équivalente au cas où la discussion n’aboutit pas vers un accord sur le prix de cession.

Cette méthode est aussi adaptée pour la cession d’un commerce disposant d’un emplacement de qualité et dont l’activité sera maintenue par le repreneur. Au cas où il souhaite exercer son activité sur un lieu de même qualité commerciale, il doit investir un montant approximatif de l’actif net corrigé de l’entreprise. Par la suite, il doit faire une estimation de ce que la clientèle acquise lui rapportera.

Attraits de l'analyse et usage

Limites de l'analyse et situations délicates

-          Cette analyse est facile à réaliser et son maniement est simple

-          Sa réalisation nécessite une intervention progressive des experts

-          La négociation se fait plus facilement entre le cédant et le repreneur

-          Elle permet d’identifier la valeur minimale de l’entreprise (petite entreprise ayant une rentabilité stable)

-          Elle permet d’avoir une vision claire de la valeur de liquidation et de la valeur de remplacement

-          Cette analyse ne tient pas compte de la rentabilité de l’activité

-           Il s’agit d’une analyse statique qui ne prend pas en compte les modifications récentes dans la rentabilité de l’entreprise

-          Elle ne permet pas au repreneur de savoir comment faire le montage de son financement

 

 

• Mise en œuvre de la méthode patrimoniale

La réalisation de cette méthode se base essentiellement sur le bilan de l’entreprise. Ce dernier recense l’actif (les biens de l’entreprise enregistrés sous leur montant d’achat diminué d’une dépréciation ou d’un amortissement) et le passif de l’entreprise (origine des ressources utilisées par l’entreprise pour acheter les biens mentionnés dans l’actif. Certaines ressources doivent être remboursées par l’entreprise. Elles sont exigibles et sont alors considérées comme des dettes.)

Calcul de l’actif net comptable

L’actif net comptable représente la différence entre l’actif net et le passif exigible.

La formule pour l’obtenir est la suivante :

  Actif net comptable = Actif net - dettes exigibles - provisions pour risques et charges

 

Année N

Année N-1

Année N-2

Actif net (valeur des biens de l'entreprise)

 

 

 

- dettes à court, moyen et long termes exigibles au moment de la cession

 

 

 

- provisions (excepté les provisions à caractère de réserve à inclure dans les capitaux propres)

 

 

 

= Actif net comptable




Pour calculer l'actif net comptable moyen, il faut utiliser la formule suivante :

Actif net Comptable Moyen = (ANC année N + ANC année N-1 + ANC année N-2) / 3

 

Il est à noter que des coefficients 1, 2 et 3 peuvent être appliqués aux années N-2, N-1 et N pour que les derniers exercices gagnent un poids plus important. De ce fait, il faut diviser le total par 6 et non par 3.

Calcul de l’actif net corrigé

 

Afin d’obtenir la valeur de l’actif net corrigé, il est essentiel de corriger l’actif net comptable en faisant un recensement des postes constituant le bilan de l’entreprise et en les analysant :

-          Immobilisations incorporelles

Pour cela, il faut supprimer les frais d’établissements, tenir compte du droit au bail d’un commerce et faire une comparaison de l’économie d’un loyer équivalent. Il faut également considérer les brevets et licences et procéder à une vérification de la durée des revenus à atteindre.

-          Immobilisations incorporelles et financières

Cela consiste à faire une réévaluation des terrains, à considérer les bâtiments hors exploitation et évaluer le prix du marché et à réintégrer les bâtiments d’exploitation dans le bilan à titre de crédit-bail. Il importe également de faire une comparaison avec des transactions similaires pour évaluer les participations financières.

-          Actif circulant

Il s’agit de faire une vérification des provisions en stock pour dépréciation des éléments d’actifs et de vérifier le rythme de rotation des articles stockés. En ce qui concerne les créances, il faut vérifier si les clients sont crédibles et tenir compte des impayés moyens.

-          Capitaux propres

En retraitant ce poste, il importe de tenir compte des subventions et de distinguer les capitaux propres des passifs exigibles. Ensuite, il faut inscrire dans le bilan les provisions formées pour des raisons fiscales.

-          Passif exigible

Il s’agit d’établir une liste des engagements hors bilan (garantie donnée, indemnités de fin de carrière…) et de les évaluer. Ensuite, il faut inclure la part restant en capital dans les contrats de crédit-bail.

Après le recensement et l’analyse des postes du bilan de l’entreprise, les résultats obtenus doivent être synthétisés dans un tableau. Cela permet de comprendre le passage de la valeur comptable de l’actif net et d’estimer la valeur des éléments constituants l’entreprise.

Actif net comptable moyen

+/- plus ou moins value sur fonds de commerce

- augmentation du passif exigible

+/- plus ou moins value sur immobilisations

 

+/- plus ou moins value sur matériels et outillages

 

+/- plus ou moins value sur stocks

 

= Actif net corrigé

Il est à noter que l’analyse du bilan permettra de préparer l’audit avant d’acheter l’entreprise et avant de rédiger des clauses de garantie d’actif et de passif.

La méthode de « Good Will »

Une fois la valeur de l’actif net corrigé, certaines méthodes impliquent l’évaluation du « Good Will ». Cela permet d’intégrer la capacité de rentabilité de l’entreprise dans le bilan (éléments incorporels non comptabilisés dans l’actif net corrigé). Pour cela, il faut réduire du résultat net annuel de l’entreprise les intérêts de la valeur patrimoniale si celle-ci fait l’objet d’un placement sans risque. Ce calcul permet d’obtenir le résultat net qui rétribue les capitaux engagés (plus que ce qu’ils auraient pu apporter s’ils ont fait l’objet d’un placement sans risque).

Par la suite, il faut appliquer une méthode de rentabilité sur le résultat restant (multiple du résultat ou comptabilisation de celui-ci sur un certain nombre d’années). Par la suite, la valeur de l’entreprise est obtenue par l’addition de l’actif net corrigé et du « Good Will ». Le recours à cette approche mixte implique le suivi de plusieurs mécanismes techniques nécessitant les compétences d’un professionnel.

Contacter PIC Inter

Les champs marqués (*) sont obligatoires