Les enseignes de la restauration commerciale en quête d'un second souffle salvateur


Article publié le : 15/04/2016

Buffalo Grill, Hippopotamus, Bistrot Romain...la liste des chaînes de la restauration servie à table qui sont en difficulté tend à s'allonger depuis plusieurs mois. Les conséquences d'une année 2015 particulièrement éprouvante pour le secteur de la restauration qui a enregistré un net recul de son activité de l'ordre de 3,5 %. De surcroît, l'ensemble de la restauration parisienne a vécu une fin d'année catastrophique à la suite des attentats de novembre. Dans ce contexte, les enseignes de la restauration commerciale cherchent à diversifier leur modèle d'affaires pour survivre dans un secteur ultra concurrentiel. Mais faute de liquidités suffisantes, le nombre de chaînes prêtes à changer de main se multiplie.

 

Des géants de la restauration traditionnelle fragilisés

Les repreneurs audacieux qui souhaitent investir dans une enseigne de restauration traditionnelle ont l'embarras du choix. Depuis le mois de novembre 2015, la chaîne de restauration spécialisée dans la grillade Buffalo Grill est officiellement à vendre. Pour l'heure, peu d'investisseurs se sont manifestés pour acquérir cette chaîne évaluée autour de 400 millions d'euros. Les enseignes Hippopotamus et Bistrot Romain sont également fragilisées. Un coup dur pour leur propriétaire, le groupe Flo, qui a vu ses ventes reculer de 5,3% en 2015. Cette société cotée en Bourse, endettée à hauteur de 79,3 millions d'euros, s'est vu accorder quelques mois supplémentaires par les banquiers pour redresser la situation. De son côté, la société Chez Clément a été placée en redressement judiciaire en décembre 2015. L'enseigne avait pourtant entrepris une profonde modernisation de ses restaurants et de sa carte pour booster son activité. Une rénovation trop tardive pour éviter le dépôt de bilan !

Pour enrayer la baisse de fréquentation chronique qui touche le secteur de la restauration, les enseignes sont condamnées à étoffer leur réseau de points de vente pour maintenir leur chiffre. Selon une étude récente, la surface du parc des restaurants a augmenté de 5 % pour des additions en baisse de 2 %. Une stratégie de fuite susceptible de fragiliser davantage certaines enseignes.

Pour préserver leur volume de ventes, certaines enseignes jouent la carte du fast-food, d'autres tablent sur un relooking de leurs points de vente et/ou un rafraîchissement de leur carte. Enfin, certains entrepreneurs, à l'image d'Olivier Bertrand qui a racheté la chaîne de fast-food Quick pour la fusionner avec Burger King, jouent la carte de la taille pour conquérir de nouvelles parts de marché. Autant de recettes originales pour renouer avec la croissance !

 


Autres actualités