Le regain de forme du marché des salons de coiffure


Article publié le : 06/09/2017

Avec 85700 établissements, le secteur de la coiffure représente la seconde activité artisanale de la France derrière les entreprises de maçonnerie. Chaque jour, plus de 900 000 Français fréquentent les salons de coiffure, ce qui positionne la profession comme l’un des acteurs majeurs du commerce de proximité. Touché de plein fouet par les conséquences de la crise économique de 2008, le marché des salons de coiffure a rompu avec cette spirale négative et surfe depuis deux ans sur une dynamique positive. Selon l’UNEC (l’Union Nationale des Entreprises de coiffure), près de 400 établissements ont été créés depuis 2014, ce qui représente plus de 200 employés supplémentaires.

 

Une fréquentation globale qui se stabilise

Confrontés à une chute de la fréquentation de la clientèle féminine, les professionnels de la coiffure se sont adaptés pour monter en gamme et proposer des prestations à forte valeur ajoutée. Résultat : les tarifs ont augmenté et la dépense moyenne des femmes a progressé en 2016 de 2 % par rapport à 2015, soit 47,20 € par visite en moyenne. Par ailleurs, la fréquentation globale des salons de coiffure s’est stabilisée en 2016 grâce au boom des visites de la clientèle masculine (+26%). Une croissance qui s’explique par le succès des services barbiers pour lesquels l’engouement ne faiblit pas. La dépense moyenne des hommes à chaque visite chez le coiffeur a atteint 20,40 € en 2016, soit une hausse de 6,5 % sur un an. En diversifiant leur activité (de plus en plus de salons de coiffure s’orientent vers le bien-être et la beauté), les coiffeurs ont renoué avec la croissance en 2016 et entendent consolider leur activité en 2017.

 

Une progression du chiffre d’affaires inégale

En légère baisse depuis 2012, le chiffre d’affaires global du secteur a progressé de 0,5 % en 2016 pour atteindre la barre des 5,9 milliards d’euros. Pour autant, le chiffre d’affaires moyen par salon cache de grandes disparités. À ce jour, 90 % des salons appartiennent à des coiffeurs indépendants qui ne sont pas rattachés à une enseigne spécialisée. En moyenne, ces artisans réalisent un chiffre d’affaires annuel proche de 80 000 € et emploient moins de deux salariés. De leur côté, les réseaux sous enseigne, qui fédèrent 10 % des salons de coiffure, représentent 1/3 du marché en valeur. En moyenne, ces salons franchisés réalisent 250 à 300 000 euros de chiffre d’affaires et emploient quatre à six salariés. Les grands salons bénéficient d’un taux de remplissage supérieur à leurs petits concurrents et proposent généralement un plus large choix de prestations, ce qui conforte leur position dominante. Enfin, les 17 000 coiffeurs à domicile, qui représentent près de 20 % du secteur, réalisent un chiffre d’affaires annuel moyen de l’ordre de 30 000 €.

 

Selon les prévisions de l’institut d’études économiques Xerfi, le chiffre d’affaires global du secteur de la coiffure devrait progresser d’1 % en 2017. Pour tenter de fidéliser leur clientèle et capter de nouvelles parts de marché, les salons de coiffure vont devoir répondre aux principaux enjeux du secteur sur les prochaines années, à savoir la formation et la digitalisation des salons.


Autres actualités