Le marché du bio en pleine croissance


Article publié le : 31/08/2016

 

C’est un fait, le bio est de plus en plus privilégié par les consommateurs. En 2015, plus de 6 français sur 10 ont consommé des aliments bio au moins une fois par mois. Selon une récente étude publiée par Xerfi, le marché de l’alimentaire bio connaît une croissance exponentielle. En hausse de 14,7 % en 2015, le bio pèse aujourd’hui 5,8 milliards d’euros, soit le double de son niveau observé en 2008. L’institut d’études économiques Xerfi estime que les ventes de produits biologiques vont croître de 15 % en 2016. La bonne santé de ce secteur aiguise l’appétit des différents acteurs du marché (distributeurs spécialisés bio et généralistes, circuits émergents) qui peaufinent leur stratégie pour tirer leur épingle du jeu.

 

Le boom des magasins bio

Depuis 2012, le succès des distributeurs spécialisés dans l’alimentaire bio ne se dément pas.En 2015, les enseignes du secteur ont vu leurs ventes croître de 17 % (voire de 20 % pour les leaders du marché). Pour ces franchises, cette dynamique s’explique par la croissance soutenue des réseaux de points de vente ainsi que par la diversité et la qualité des gammes de produits commercialisés. Pour réduire le surcoût de 20 % du bio par rapport à l’alimentaire « traditionnel », toutes les enseignes cherchent à augmenter leur propres références sous marques de distributeurs. Par ailleurs, celles-ci proposent des gammes discount pour séduire une clientèle en quête de produits de qualité à moindre coût.

 Enfin, les enseignes spécialisées cherchent à moderniser l’image de leur concept pour se démarquer de la concurrence des grandes surfaces alimentaires. A ces fins, Biocoop, le numéro 1 de la distribution bio et équitable en France, a inauguré en janvier 2016 son premier magasin Dada ; cette épicerie au look design et épuré met en valeur les produits qui sont organisés en espaces et non plus en rayons. En parallèle,ce commerce propose une zone restauration, où tout est fait maison, ainsi que des ateliers pédagogiques pour apprendre à cuisiner sainement. Selon l’institut d’études économiques Xerfi, la part de marché des magasins bio atteindra les 36 % d’ici 2018.

 

La riposte des grandes surfaces

La montée en puissance d'enseignes spécialisées a fait réagir les grandes surfaces alimentaires qui n’entendent pas céder facilement du terrain. En dépit d’une érosion continue des ventes constatée depuis 2008, les grandes surfaces restent les leaders du secteur avec une part de marché établie à 42,9 % en 2015. Pour mettre un terme à cette tendance baissière, les grandes surfaces misent sur un positionnement "prix imbattables" pour séduire les consommateurs occasionnels de produits bio. A ces fins, Carrefour projette d’accélérer le déploiement de son concept de magasins 100 % bio (Carrefour Bio) lancé en 2015.

Pour les grandes surfaces, toute la difficulté est de maintenir leur leadership sur un secteur dynamique où de nouveaux acteurs viennent grappiller des parts de marché. Ces derniers sont essentiellement des distributeurs en vente directe qui s’organisent pour répondre aux besoins des consommateurs citadins. Selon Xerfi, ce mode de distribution représentera plus de 14 % des ventes de produits bio en 2020. Enfin, des pures players lorgnent vers le marché du bio. Lancé en juin 2016, Amazon propose, via son service de livraison Prime Now, plus de 18 000 références de produits frais qui sont livrés dans les deux heures dans Paris intra-muros. En se déclinant sur tous les canaux de distribution, le marché du bio devrait atteindre plus de 9 milliards d’euros de chiffres d’affaires en 2020.


Autres actualités