La percée du bagel sur le marché français


Article publié le : 10/10/2016

Des restaurants dédiés aux rayons des supermarchés en passant par les food trucks, le bagel s’impose comme un plat atypique qui séduit de plus en plus les gourmets. Avec plus de 100 millions d’unités vendues chaque année, le bagel a le vent en poupe dans le secteur de la restauration rapide. Le marché du bagel, quatrième aliment le plus consommé par les Français après la pizza, le burger et le sandwich, laisse entrevoir de belles perspectives de développement. Selon les prévisions, celui-ci devrait représenter plus de 10% du marché du sandwich à terme pour un volume de ventes avoisinant les 600 millions d’euros.

Met incontournable Outre-Atlantique, le bagel séduit grâce à sa forme circulaire caractéristique, son moelleux et ses qualités gustatives. A l’intérieur, le restaurateur peut y glisser tout ce qui lui semble bon, laissant entrevoir ainsi une myriade de recettes susceptibles de répondre aux attentes du plus grand nombre. Commercialisé à un prix abordable, le bagel est devenu une alternative très qualitative à la « street food » en jouant sur la carte de la fraîcheur, de la variété et de la qualité des aliments. De facto, le bagel s’inscrit en droite lignée du fast casual ; à savoir de la restauration rapide haut de gamme qui associe les avantages d'accessibilité et de rapidité des fast-food avec une qualité irréprochable des produits et une expérience client proche de la restauration à table. En France, si le bagel a tenté une timide percée à l’aube des années 2000, le marché s’est réellement structuré sous l’impulsion d’enseignes spécialisées qui subissent une forte croissance.

En dehors des restaurateurs, quatre franchises se partagent le marché français du bagel (Bagelstein, Bagel Corner, Factory & Co et Bruegger’s). L’histoire de Bagelstein, leader du marché, a débuté en 2011 avec l’ouverture d’un premier point de vente à Strasbourg. Une fois le concept éprouvé, l’enseigne a opté pour la franchise pour étendre son réseau de points de vente sur le territoire français. A ce jour, Bagelstein compte plus de 60 restaurants et ambitionne d’ouvrir une centaine de restaurants en France et à l’étranger d’ici 2017. La dynamique de ce marché aiguise l’appétit des mastodontes de la restauration. Ainsi, le groupe Le Duff, qui génère un chiffre d’affaires annuel de 2,010 milliards d’euros, a initié le déploiement de l’enseigne Bruegger’s en France avec l’ouverture du premier établissement à Rennes en 2013. Cette enseigne new-yorkaise, rachetée en 2011 par le groupe Le Duff, compte plus de 300 points de vente aux Etats-Unis et réalise un chiffre d’affaires de 216 millions de dollars.

Dans l’optique de diversifier leur activité et d’élargir le spectre de leur clientèle, ces enseignes proposent une offre différenciée suivant les heures de la journée. Une stratégie indispensable pour éviter de s’enfermer dans la vente d’un mono produit exposé à d'éventuels effets de mode.


Autres actualités