L'appétit grandissant du chocolatier Larnicol


Article publié le : 29/09/2016

Retour en ce printemps 2015. Le chocolatier Larnicol décide, à contrecœur, de fermer définitivement les portes de son magasin situé sur la place du Capitole à Toulouse. Une décision motivée par le montant du loyer jugé trop onéreux (environ 1,2 million d'euros par an). Pour autant, cette mésaventure n'a en rien entravé les desseins de Georges Larnicol qui se prend à rêver d'une destinée mondiale pour sa PME familiale.

Consacré Meilleur ouvrier de France en 1993, la carrière de Georges Larnicol s'est accélérée en 1999 lorsqu'il décida, pour se différencier de la concurrence, de commercialiser la Kouignette. Cette spécialité maison de pâtisserie sucrée et salée se rapproche du traditionnel kouign-amann, recette typiquement bretonne. Le succès est au rendez-vous. En véhiculant la qualité et l'authenticité du savoir-faire gastronomique breton, le chocolatier va multiplier les ouvertures de boutiques en Bretagne, puis sur le Grand Ouest avant de gagner le cœur de Paris avec l'inauguration d'un magasin à Saint-Germain-des-Prés en décembre 2010. Si Georges Larnicol est un Maître pâtissier passionné et créatif, il n'en demeure pas moins un entrepreneur avisé et un homme de marketing. Pour faciliter l'achat compulsif, Georges Larnicol imagine un concept de distribution unique basé sur la pâtisserie en libre-service (avec un prix au poids). Les boutiques Larnicol se distinguent ainsi par leur décor raffiné, leur présentoir en bois et leurs jeux de lumière qui valorisent les chocolats et les pâtisseries. Une recette payante : la Maison Larnicol réalise un chiffre d'affaires annuel de l'ordre de 18 millions d'euros et emploie 200 salariés.

Pour garantir la qualité des confiseries commercialisées sur l'ensemble de son réseau de 36 boutiques (la très grande majorité sont des succursales, seulement 9 sont des franchisées), la Maison Larnicol dispose d'une unité de production basée à Melgven. Des caramels aux fritures de chocolats en passant par les kouignettes, tous les produits sont fabriqués sur la base d'ingrédients naturels et sans conservateur. En dehors de son réseau de boutiques, la Maison Larnicol fournit les restaurateurs en chocolat pour la fabrication des gâteaux.

Pour continuer à grandir, le chocolatier souhaite étendre son réseau de points de vente en France et à l'international. Dans cette optique, il a réalisé une seconde levée de fonds auprès de Sodero et CM-CIC à hauteur de 1,5 million d'euros. Cette somme complète la première levée d'1,2 million d’euros opérée en 2014 auprès des mêmes acteurs. Cet apport a notamment permis de financer l'ouverture de quatre boutiques, ces derniers mois, en succursales (en Bretagne, à Lille et au Touquet). En 2017, la PME familiale prévoit d'augmenter le nombre d'ouvertures dans des agglomérations de l'Est de la France. Enfin, la Maison Larnicol, qui a entamé ses premières ventes aux Etats-Unis via un réseau spécialisé de restaurateurs et d'épiceries fines, va s'internationaliser avec l'ouverture d'une boutique à Londres prévue d'ici la fin de l'année.


Autres actualités