Frichti : le livreur de repas se développe à vitesse grand V


Article publié le : 06/06/2017

Deux ans après sa création, la start-up française Frichti connaît une réussite fulgurante. Spécialisée dans la préparation et la livraison de plats à domicile ou au bureau, cette société, cofondée par Julia Bijaoui et Quentin Vacher, vient de boucler sa troisième levée de fonds en un temps record. Surfant sur le phénomène du Food Tech, Frichti a levé pas moins de 43 millions d’euros en l’espace de deux ans ! Après avoir obtenu un million d’euros en septembre 2015 du fonds d’amorçage Alven Capital, Frichti a signé six mois plus tard l’une des plus rapides opérations de post-amorçage observées ces dernières années. À cette occasion, la société a levé pas moins de 12 millions d’euros auprès d’Alven Capital, d’Idinvest Partners et de plusieurs business angels. En ce mois de mai 2017, Frichti marque une nouvelle fois les esprits en finalisant une nouvelle levée de fonds de 30 millions d’euros auprès des fonds Verlinvest et Felix Capital.

Ces différents apports vont permettre à l’entreprise de consolider le déploiement de son service dans les principales villes de l’Hexagone et à l’étranger. Opérant depuis sa création dans Paris intra-muros et quelques communes limitrophes, Frichti enregistre, selon ses dirigeants, des croissances à deux chiffres à deux mois. Comptant un salarié à ses débuts, la start-up en emploie aujourd’hui 300. Le succès de Frichti repose sur l’originalité de son concept qui associe qualité des plats concoctés, prix abordables et livraison des produits au domicile ou au travail.

L’histoire a débuté au printemps 2015. Quentin Vacher, jeune entrepreneur à succès, part d’un simple postulat. De nos jours, il est de plus en plus difficile de bien manger au quotidien faute de temps pour cuisiner ou d’argent pour se faire livrer des bons plats. Décision est prise de se lancer dans une nouvelle aventure entrepreneuriale en s’attaquant au marché de la livraison de repas à domicile à Paris. Confronté à une sévère concurrence sur ce secteur (des enseignes comme Deliveroo ou Allo Resto travaillent en partenariat avec des restaurants), Frichti opte pour un positionnement différent en internalisant la préparation et la livraison des repas. La maîtrise de l’intégralité du process de fabrication permet à l’entreprise d’optimiser les coûts de production tout en s’assurant de la qualité des plats cuisinés. La livraison est également effectuée par des employés de Frichti au cours de tournées soigneusement préparées pour limiter les déplacements (des algorithmes ont été développés en interne à ces fins). In fine, la start-up est capable d’assurer un repas complet pour 9 à 13 euros. Un positionnement payant. Grâce au bouche- à oreille, près de 20 000 repas sont servis chaque semaine.

Pour élargir son champ d’activité, l’entreprise a étoffé son offre de services à destination de clientèles professionnelles et familiales. Frichti livre désormais non seulement des plats mais aussi des apéros, du snacking ou des petits déjeuners. À court terme, les dirigeants souhaitent devenir une référence du foodtech sur les principales métropoles françaises avant de s’attaquer à l’international.


Autres actualités