Franchise : nos conseils pour choisir votre enseigne


Article publié le : 10/06/2016

Le choix du futur franchiseur est une étape clé à ne pas négliger. Cette dernière exige un travail minutieux et un maximum de réflexion pour conforter sa décision et réduire au minimum les risques d'échec. Si la franchise a pour principal avantage de garantir une certaine réussite financière aux entrepreneurs, la réputation d'un franchiseur est une qualité bien difficile à vérifier. Pic Inter vous propose une liste de points à contrôler pour vous permettre d'éviter les écueils.

Evaluer le savoir-faire d'une franchise

Une étude trop rapide, voire superficielle, menée sur la réputation d'une franchise et c'est l'assurance de s'engager dans une aventure économiquement vouée à l'échec. Pour juger de la santé et de la pérennité financière d'un réseau, toutes les franchises doivent être en mesure de fournir une série d'éléments incontestables aux franchisés. Dans un premier temps, assurez-vous que la franchise a développé un concept viable, original et éprouvé. Sans l'existence avérée de produits ou de services commercialisés autour d'une image forte, l'expérience risque de tourner court. Rappelez-vous qu'un concept construit l'unicité d'une franchise et qu'il justifie, en grande partie, sa viabilité financière. Penchez-vous sur la question du savoir-faire du franchiseur et sur les dispositifs déployés pour transférer ses connaissances vers ses franchisés. Pour ce, consultez le manuel opératoire, un document qui a pour principal objet d'expliquer en détail les éléments constitutifs du savoir-faire mis en place par le franchiseur. Ce dernier est légalement tenu de remettre ce document clé à chaque nouveau franchisé. Le manuel opératoire vous paraît trop succinct? Méfiance. Cette « bible » doit faire au minimum 100 pages et décrire les dispositifs mis en œuvre en matière de marketing-communication, de développement, d'animation du réseau, de logistique et de gestion.

Vérifier la santé financière de l'enseigne

Les candidats à la franchise doivent s'informer scrupuleusement de la santé financière du franchiseur qui les intéresse, et de celle des unités franchisées. Quels sont les résultats financiers du franchiseur ? Quel est son niveau d'endettement ? L’enseigne est-elle adossée à un groupe solide ? Quel est le nombre de franchisés du réseau et combien d'entre eux ont quitté l'enseigne, et pour quelles raisons ? Autant de questions qui méritent une étude approfondie. N'hésitez pas à vous adresser directement aux franchisés du réseau qui peuvent vous apporter de précieux témoignages. L'occasion de confirmer si la rentabilité annoncée par le franchiseur est accréditée par les membres du réseau.

Dans la mesure du possible, évitez de vous en tenir exclusivement aux informations financières communiquées par le franchiseur. Pour conforter votre décision et minimiser les risques en évaluant la réputation et le sérieux d’un franchiseur, il faudra sans doute vous en remettre aux conseils avisés de spécialistes du monde de la franchise.

Même si elle est basée sur un partenariat, la relation franchisé-franchiseur est par essence inégale. Le franchiseur jouissant d'une meilleure position économique par rapport aux franchisés, il est plus à même de fixer selon son souhait les modalités du contrat régulant cette coopération. Un aspect de la franchise à ne pas oublier avant de signer le contrat. L'analyse de la durée initiale du contrat (généralement comprise entre 3 et 7 ans) et de ses modalités de reconduction vous permettra d'éliminer certaines franchises, notamment celles qui proposent des contrats sur une durée si courte qu'il vous sera impossible d'assurer un retour sur investissement. De même, évitez les contrats qui se renouvellent chaque année car vous ne pourrez pas avoir de vision d'ensemble sur les perspectives de développement de votre activité.

Au final, le coût d'une franchise diffère fortement d'une enseigne à l'autre. Portez une grande attention sur le droit d'entrée, mais aussi sur le droit de sortie. Cette clause, plus rare, se matérialise par un forfait ou un pourcentage du dernier chiffre d'affaires réalisé. Certaines enseignes demandent un dépôt de garantie ou une garantie bancaire ; une dépense à ne surtout pas négliger au moment d'établir son compte de résultat prévisionnel ! Par ailleurs, les enseignes facturent des redevances (redevance directe et redevance publicitaire) représentant un certain pourcentage du chiffre d'affaires généré.

D'un contrat de franchise à l'autre et suivant la taille et la notoriété du réseau, les différentes charges à prévoir peuvent fluctuer du simple au double. N'hésitez pas à contacter plusieurs enseignes et ne restez pas figé sur un seul concept. A chacun de déterminer s’il préfère participer à une aventure qui démarre dans le monde de la franchise ou privilégier la sécurité d'une enseigne établie et performante.


Autres actualités